Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Les médecins arnaqués sur le dos des handicapés

Ils sont sommés par des boites loufoques d'adapter l'accès à leurs cabinets

Quelques centaines d'euros pour se mettre en règle ? Les médecins plongent. Ils reçoivent un petit bout de papier qui ne les met à l'abri de rien.

Ad'AP - Ministère de la transition écologique et solidaire - Copie d'écran - CC

Cela part d’une bonne intention : depuis décembre 2015, les médecins, comme tous les professionnels recevant du public, doivent pouvoir accueillir des personnes en situation de handicap.

Évidemment, dans les grandes villes, les cabinets médicaux sont souvent en étage, dans des immeubles d’habitation, où rien n’est prévu en matière d'accessibilité. Le législateur en a tenu compte et les établissements ayant des difficultés à réaliser des travaux immédiatement devaient soumettre à l’administration, avant le 1er janvier 2018, un agenda de mise aux normes. Effet de bord non prévu par le législateur, une tripotée d’entreprises farfelues ont vu le jour et démarchent encore aujourd’hui agressivement les médecins, disent-elles, pour leur éviter les pires calamités… Moyennant quelques centaines d’euros.

Ces entreprises, dont la plupart ne déposent pas leurs comptes, ont entamé un démarchage systématique des médecins. Elles envoient des courriers aux allures de document officiel les enjoignant à leur payer une somme de plusieurs centaines d’euros pour échapper aux sanctions qu’elles prennent bien soin de souligner en gras. Le démarchage est également effectué par téléphone de manière réitérée. Craignant de supposées amendes allant, selon les courriers, jusqu’à 225.000 euros, de nombreux médecins ont payé pour un diagnostic fantôme.

Une généraliste raconte à Reflets qu’après un premier courrier rappelant en gras les sanctions auxquelles elle s’exposait, elle a reçu un coup de...