Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Les intriguantes déclarations de Bernard Cazeneuve sur le Deep Packet Inspection

A part les deux têtes à gauche et à droite du président de séance, la discussion sur l'article neuf du projet de loi pour le renforcement de la lutte contre le terrorisme à donné lieu à quelques incongruités. Notamment en ce qui concerne les explications techniques du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à propos des techniques de blocage des sites envisagées. Retenons principalement que le deep packet inspection est cher, intrusif, qu'il perturbe le trafic et qu'il ne sera pas utilisé.

A part les deux têtes à gauche et à droite du président de séance, la discussion sur l'article neuf du projet de loi pour le renforcement de la lutte contre le terrorisme à donné lieu à quelques incongruités. Notamment en ce qui concerne les explications techniques du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à propos des techniques de blocage des sites envisagées. Retenons principalement que le deep packet inspection est cher, intrusif, qu'il perturbe le trafic et qu'il ne sera pas utilisé.

Isabelle Attard et Laure de La Raudière ont demandé à Bernard Cazeneuve d'expliquer les méthodes retenues pour bloquer l'accès aux sites faisant l'apologie du terrorisme (par exemple). Visiblement incapable de répondre sur les aspects techniques, le ministre s'est probablement fait préparer une fiche par ses services. Et ce n'est pas terrible non plus. Verbatim...

Isabelle Attard : Tous ceux qui connaissent l’inefficacité de  ce blocage administratif – juges antiterroristes, directeur de l’Agence  nationale des systèmes d’information, journalistes, internautes,  notamment – vont sourire. Et je ne veux pas, monsieur le ministre, que  la représentation nationale se ridiculise par méconnaissance technique.

Il est vrai que sur le plan technique et sur celui de l'efficacité, nous sourions. Mais sur le plan des libertés individuelles, sur celui du recul du rôle du juge, nous ne sourions pas. Le gouvernement socialiste...