Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Rédaction

Les grandes oreilles libyennes d'Amesys écoutaient aussi les satellites

L'écoute des téléphones portables est une priorité des grandes oreilles. En France comme ailleurs. La typologie des réseaux de téléphonie mobile en font des cibles particulièrement simples à écouter (points de centralisation du trafic et absence de chiffrement). Dans l'histoire Amesys en Libye, il y a un petit rien du tout qui a échappé à tout le monde. Dans ses documents, Amesys précise qu'il peut écouter les téléphones Thuraya. Probablement une demande des Libyens.

L'écoute des téléphones portables est une priorité des grandes oreilles. En France comme ailleurs. La typologie des réseaux de téléphonie mobile en font des cibles particulièrement simples à écouter (points de centralisation du trafic et absence de chiffrement).

Dans l'histoire Amesys en Libye, il y a un petit rien du tout qui a échappé à tout le monde. Dans ses documents, Amesys précise qu'il peut écouter les téléphones Thuraya. Probablement une demande des Libyens.

Les téléphones Thuraya sont des appareils satellite. Un souci pour la Libye de Kadhafi qui avait visiblement même organisé leur brouillage.  A l'aide de quelle technologie ? Bref, ces téléphones énervaient le leader déchu. A tel point que le régime avait décrété en août que les détenteurs de tels téléphones qui ne se seraient pas identifiés auprès des autorités seraient exécutés. Pourquoi ? Fallait-il que les téléphones soient connus d'EAGLE pour être écoutés ? Autre hypothèse, EAGLE avait failli à écouter ces types de téléphones et il fallait trouver une autre solution pour fliquer leurs détenteurs...

Cette éventualité n'est pas à écarter complètement. EAGLE ressemble, sur sa plaquette commerciale, à un très joli produit miracle.

Reste que l'on est ici dans des zones complexes. Bien entendu, un peu de chiffrement peut réduire à néant les efforts des développeurs d'Amesys ou de Qosmos. Il y a aussi les protocoles que les sondes ne peuvent "décoder" comme Skype. Au mieux peuvent-ils voir quel utilisateur Skype correspond avec quel autre. Mais pas plus. C'est déjà beaucoup trop dans un pays dictatorial, mais cela préserve au moins le contenu de la communication. Et puis il y a les bugs. EAGLE n'est pas exempt de ces charmants petit éléments du chaos.

 

Satellitement vôtre...

 

Souvenez-vous, début septembre, Amesys publiait un communiqué indiquant que seul un nombre restreint de connexions Internet pouvaient être écoutés en Libye. Nous avons démontré à plusieurs reprises que c'était une gadgetophrase et que c'était bien toute la population qui était visée. Reflets a pu apprendre grâce à ses sources internes chez Amesys que les téléphones Thuraya étaient également visés. On s'éloigne nettement du contenu IP classique.

On vous parlait de satellite donc. Les satellites en règle générale, c'est le truc plutôt simple à écouter quand on a des jouets comme ceux d'Amesys. Dans certains pays, si vous utilisez VSAT ou TDMA, il y a également de fortes chances que les grandes oreilles d'Amesys écoutent vos conversations et les stockent dans un petit cluster à 4000 TerraOctets.

En Libye, EAGLE proposait de décrypter le trafic GSM, le Wifi, le Wimax, une large bande d'ondes. Tout un programme...

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée