Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Yovan Menkevick

Le socialisme néo-libéral conservateur, comment ça marche ?

Il est important de donner des noms aux choses. Sinon, le chaos et la confusion nous guettent. Voire la dichotomie mentale, la perte de repères, la sensation d'étrangeté en politique et toutes sortes de choses bizarroides qui mènent le citoyen lambda à ne vraiment plus savoir où il en est. Le Parti socialiste, son gouvernement, sa politique, sont de ces choses qu'il faut savoir définir clairement. D'où le fait que parler de la "gôche" quand on parle du PS, est désormais totalement saugrenu.

Il est important de donner des noms aux choses. Sinon, le chaos et la confusion nous guettent. Voire la dichotomie mentale, la perte de repères, la sensation d'étrangeté en politique et toutes sortes de choses bizarroides qui mènent le citoyen lambda à ne vraiment plus savoir où il en est. Le Parti socialiste, son gouvernement, sa politique, sont de ces choses qu'il faut savoir définir clairement. D'où le fait que parler de la "gôche" quand on parle du PS, est désormais totalement saugrenu. Historiquement, politiquement, sémantiquement, socialement, économiquement, rien, mais alors rien du tout ne raccorde le PS et sa motion A, Hollande, Valls et leurs ministres de ce qui a toujours été défini comme de "gauche" en France. Mais que sont ils donc, alors ?

Comme le titre l'indique…

Le socialisme néo-libéral (néo)conservateur est un truc assez particulier, que nous autres, observateurs de la vie politique devons aborder. Nécessairement. Socialisme, oui, parce que ceux qui sont au pouvoir aujourd'hui refusent de lâcher le terme. Evidemment, du socialisme d'origine il ne reste qu'une chose : la volonté de conserver un Etat fort. Pas de partout. Uniquement là où l'on peut appliquer des règles, normes, obligations [toujours] fortes, envers la population. Pas à d'autres entités, comme les multinationales, puisque nous sommes face à des socialistes néo-libéraux. Donc,  je flique la population avec une loi de type république autoritaire limite stalinienne, mais je file les coudées franches aux plus grands groupes industriels — qui taillent la planète en pièce  — en leur filant des cadeaux fiscaux longs comme un jour sans fin. Amusant. Le capitalisme stalinien dans toute sa splendeur. Avec un zest de plus, un truc qui sent bien le rance. Le conservatisme.

Réactionnaire, capitaliste [sauvage] et… républicain social

La nouvelle norme commune aux partis de gouvernements commence à se voir clairement. Au point qu'il est difficile de différencier la politique d'un François Hollande de celle d'un Nicolas Sarkozy. Les éléments clés de ces nouveaux modes de gouvernance politique, tant du côté du PS que de l'UMP (futur "Les Républicains") sont assez simples à identifier : coaching en communication avec langue de bois absolument identique [faite d'une novlangue bien dosée], refus de réguler les structures financières/capitalistiques les plus prédatrices, création de nouvelles lois pour contraindre la population de façon ciblée (automobilistes, soignants, enseignants, internautes, fumeurs, vapoteurs, tatoueurs, etc…), refus d'admettre la soumission aux puissances économiques, corruption avérée d'une grande part de ses membres.

Si ces gouvernants tentent de faire adopter des lois de type "progressiste", c'est en général autour d'une thématique déjà en place à l'étranger et qui ne peut que  survenir à terme dans le pays. Le "mariage pour tous" en est un bon exemple. Mais ces pouvoirs sont réactionnaires, et ne peuvent faire autrement qu'adopter tous les codes des conservatismes propres à cet ordre. Sur l'immigration, c'est une évidence, comme pour les lois de surveillance et sur la "sécurité" en général, soulignant la vision paranoïaque et populiste qu'ils incarnent. Le social est bien entendu toujours présent, relié à leur fameuse "République", et même si "l'Etat social" est taillé en pièces morceaux par morceaux, les pouvoirs en place ne peuvent admettre en être les principaux fossoyeurs. A eux, donc, la tâche de saupoudrer quelques mesures compensatoires, très 90's qui singeraient l'aspect "social" de leur politique: emplois d'avenir, modification des aides au logement, des tranches d'imposition, etc…

Mais quel est le but de tout ça ?

L'orientation de ces politiques est toujours le même, et ce, depuis une trentaine d'années. Faire disparaître l'Etat providence issu des luttes d'avant et d'après seconde guerre mondiale, laisser "le marché" s'emparer de la société. De toute la société. Santé, transports en commun, télécommunications, éducation, voiries, péages, eau, énergie, sécurité, courrier postal  : tout doit être vendu aux mastodontes du privé. Le Traité transatlantique (TTIP ou TAFTA) doit être la cerise sur le gâteau qui viendra valider définitivement cette vente aux enchères globale de nos sociétés post-industrielles.

Les grands de ce monde se réunissent d'ailleurs chaque année pour discuter de ces sujets, qui les préoccupent. S'y retrouvent des capitaines d'industrie, des politiques, des dirigeants de médias, tout ce qui influence le monde. Le groupe peut désormais donner la teneur des discussions, mais continue d'interdire la présence de journalistes et demande à ses invités de ne pas parler du contenu des échanges. L'année dernière, quelques Français y étaient. Des gens de gauche socialistes néo-libéraux conservateurs, comme Fleur Pellerin et Emmanuel Macron. Mais des bouts de la droite libérale réactionnaire aussi, avec du Baroin, et puis du patron de St Gobin et d'AXA. Où ça ? Au groupe Bielderberg.

Les thèmes étaient, entre autres :

Does privacy exist?

The future of democracy and the middle class trap

What next for Europe?

Pas chouette la République  ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée