Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Le saviez vous ? La magie Disney éloigne le Covid

À Disneyland, impossible d’être cas contact au travail

La direction du parc d'attraction l'assure : si vous avez été au contact d'un collègue malade, vous devez venir au travail. Mais pas si c'est dans la sphère privée. Disneyland a également trouvé un moyen infaillible pour que tous les visiteurs soient masqués sur les photos souvenir qu'il leur vend : les masques sont rajoutés avec une sorte de Photoshop maison ! C'est Oncle Picsou qui doit être content.

La parade des personnages de Disney - Aline Dassel - Pixabay - CC

Au pays de Mickey, le Covid a du mal à percer. Il existe en effet chez Disneyland des « bulles sanitaires » infranchissables. La preuve : la direction a expliqué sans rire aux salariés que s’ils ont été en contact avec une personne positive au Covid sur leur lieu de travail, ils ne sont pas considérés comme cas contact et peuvent venir travailler. En revanche, poursuit la direction, si le contact a eu lieu en dehors du parc d'attractions, il ne faut surtout pas revenir travailler. La magie Disney, c’est encore plus puissant que la magie vaudou. Mais étonnamment, ce discours de la direction ne convainc pas du tout les salariés qui, déguisés en personnages de Mickey réalisent la « parade » dans les « rues » de Disneyland Paris. Ils pensent, eux, que la promiscuité avec les visiteurs et dans les bus qui les véhiculent vers le lieu des festivités et au retour, a entraîné la contamination d’environ 90 des 500 salariés de la parade.

Informations internes Disney
Informations internes Disney

Oncle Picsou, visiblement très actif au sein de Disney, a quant à lui décidé de tirer coûte que coûte profit des photos faites automatiquement dans les attractions comme Space Moutain. Souvent, les visiteurs veulent repartir avec une photo les montrant au sein de l’attraction. Mais un problème est apparu. Sur le papier, tout le monde doit porter un masque au sein de Disneyland. Impossible donc de vendre une photo à quelqu’un qui n’en porterait pas, ça ne ferait pas bon genre. C'est pourtant souvent le cas. Qu'à cela ne tienne. Puisqu'on ne peut pas vendre de photo du visiteur grimaçant et les bras en l’air dans le manège infernal sans masque, il suffit de le lui rajouter. Un coup de Photoshop-maison et le tour est joué ! Ainsi le visiteur peut partir avec sa photo souvenir et Disneyland, empocher le pognon tout en faisant croire que les règles sanitaires sont parfaitement appliquées. C'est bien connu, il n'y a pas de petits profits pour Oncle Picsou. Quant aux guests qui font des photos avec les personnages de la parade, ils ont le droit d'enlever leurs masques...

Parmi les employés de la parade, la colère monte : « Je voulais me faire faire un test PCR au sein de Disneyland et on m’a renvoyée vers les tests antigéniques, moins fiables, parce que j’avais "seulement" été en contact avec un collègue positif » s’offusque l’une d’entre elles. « On est la seule division du parc que l’on oblige à travailler sans masque ou proche des « guests » sans masque », rajoute une membre de l’équipe de la parade. « On en parle, d’être 50 employés entassés dans le bus au retour de la parade ? », interroge une autre sur le ton de la rigolade. On rigole, on rigole, mais jaune tout de même… « Ça fait six semaines que l’on demande un autre bus, ils viennent juste de le mettre en place », explique cette salariée. Par ailleurs, « Dans la « breakroom », la salle de pause où les « personnages Disney » peuvent se détendre et prendre un café, bon nombre, comme les princes et les princesses ne portent pas le masque à cause de leur maquillage, pour ne pas l’abîmer », explique un employé. Une vraie « bulle sanitaire ».

Les "rues" bondées de Disneyland lors de la parade fin décembre 2021

Les mêmes lieux une fois vidés des visiteurs

Le 30 décembre, le parc d’attractions envoyait aux « cast members » (les employés, en français), une longue note pour expliquer la stratégie après les annonces du gouvernement le 27 décembre. « D'ores et déjà, nous tenons à vous assurer que notre destination reste bien ouverte, dans le respect des mesures sanitaires établies en étroite collaboration avec les autorités sanitaires ». Alors ? Heureux comme Minnie ? D’autant que « du 3 au 9 janvier 2022 inclus, le spectacle de Mickey et sa parade étincelante de Noël sera joué sans arrêt sur Central Plaza et Town Square ». Les visiteurs s’entasseront dans les rues pour assister à la parade. Espérons que le virus sera repoussé par les bulles sanitaires. Surtout que le gouvernement n’a visiblement pas imposé aux visiteurs d’assister à la parade assis, comme les consommateurs des cafés. On sait pourtant depuis les dernières mesures de protection définies par l’exécutif que le Covid s’attaque de préférence aux personnes debout… Le spectacle nocturne de la Reine des neiges sera quant à lui suspendu pour trois semaines et remplacé par un « Point Selfie ». Plus près de toi mon visiteur…

Un petit flash-info pour les "cast members"... - Document interne Disney
Un petit flash-info pour les "cast members"... - Document interne Disney

« Le respect de l’ensemble des gestes barrières (port du masque, distanciation physique, respect des capacités maximales des locaux, lavage des mains, etc.) reste primordial au sein des bulles sanitaires et du quartier administratif de Val d’Europe », explique Disney aux salariés. Niveau bulle, il faudra peut-être expliquer aux créateurs de Donald que le virus est aéroporté. Or, le 29 décembre, la queue pour monter dans Space Mountain durait 70 minutes. Dans l’attraction, les clients sont entassés dans des trains de 6 wagons à 4 personnes par wagon, avec aucune place de libre. Et certains « guests » n’ont pas de masque ou le portent très mal, comme partout. Photoshop doit être considéré comme un geste barrière efficace…

Tel Jean-Michel Blanquer, Disney, pense que les contaminations, c’est toujours ailleurs. Ni à l’école, ni chez Disney : « les contaminations se produisant le plus souvent dans la sphère privée, via des réunions de convivialité (sorties entre collègues, soirées, etc.), il est important de ne pas relâcher les gestes barrières durant ces moments personnels, notamment en cette période des fêtes de fin d’année, ceci afin de vous protéger et de protéger la santé des autres. Nous en appelons à la responsabilité de chacun de limiter au strict minimum ce type de réunion ». On n’est finalement pas très éloignés des mesures abracadabrantesques de l’exécutif. C’est sans doute ce que l’on appelle « la magie Disney ».

Une blague apparue sur les Internets...
Une blague apparue sur les Internets...

Making of

Contacté par téléphone et par mail, le service de presse de Disney n'a pas répondu. Si l'entreprise décidait par la suite de répondre à nos questions, nous mettrions à jour l'article.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée