Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jet Lambda

Le roman de George O.

Eric Arthur Blair. C'était son vrai nom. Son pseudo a été choisi un peu au hasard. Au détour d'un échange de lettres avec son éditeur Leonard Moore, en 1932. A cette époque, à 29 ans, Eric est déjà journaliste, mais il veut signer des romans, et impossible de signer Blair – il répugnait à voir son vrai nom imprimé, parait-il, sans doute redoutait-il aussi les réactions de sa famille. Lettre à Moore datée du 19 novembre 1932 : […

Eric Arthur Blair. C'était son vrai nom. Son pseudo a été choisi un peu au hasard. Au détour d'un échange de lettres avec son éditeur Leonard Moore, en 1932. A cette époque, à 29 ans, Eric est déjà journaliste, mais il veut signer des romans, et impossible de signer Blair – il répugnait à voir son vrai nom imprimé, parait-il, sans doute redoutait-il aussi les réactions de sa famille. Lettre à Moore datée du 19 novembre 1932 :

[…Q]uant aux pseudonymes, le nom que j'utilise toujours quand je vagabonde, etc., c'est P. S. Burton, mais si vous pensez qu'il ressemble à un nom qui pourrait exister, que dites-vous de Kenneth Miles George Orwell H. Lewis Allways. J'ai une préférence pour George Orwell. […]

M. Toujours aurait pu l'emporter. Va pour Orwell, en effet. Il ne ressemble à aucun autre.

Quand je me suis penché sur la vie d'Eric Blair, j'ai été surpris de ne trouver aucune trace de sa voix, sachant qu'il a travaillé à la BBC pendant la guerre. Rien, pas une trace d'enregistrement. Pas de films non plus. J'ai appris par la suite qu'en Espagne, où il est resté six mois en 1937 à se battre dans les milices du POUM (un mouvement marxiste anti-stalinien de Catalogne, allié de la CNT-FAI pendant la guerre civile), il a été blessé assez grièvement. Il a même eu très chaud. Une balle lui a traversé la gorge, à deux doigts de la carotide. Et sa voix en a, semble-t-il, été affectée.

Aucun...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée