Journal d'investigation en ligne
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Le quinquennat de la matraque

Gaz lacrymogène, matraque et garde à vue arbitraire, une méthode de gouvernement

C'est une véritable plongée dans une dystopie qu'Emmanuel Macron impose aux Français, année après année. La violence physique via un maintien de l'ordre désormais sans limites n'est que l'aboutissement d'une violence psychologique bien plus pernicieuse.

Invalides, le 16 février 2019 - © Reflets
Vous lisez un article réservé aux abonnés.

Il faut se souvenir de l'émission de Mediapart dans laquelle Emmanuel Macron était invité en 2016 pour expliquer son programme. Un vrai ChatGPT avant l'heure. Des tombereaux de bla-bla et au sortir de plusieurs heures d'interview : un vide sidéral. Emmanuel Macron a énormément parlé pour, au final, ne rien dire du tout. Cela aurait dû alerter les observateurs et les électeurs. Le personnage s'est révélé dans cette entrevue. On pouvait entendre là, au pire, un vendeur de snake oil, et au mieux, un startupper pitchant son projet creux devant la BPI.

A peine élu, je me revois discutant de ses choix de ministres avec un journaliste du Canard Enchaîné. J'étais effaré du niveau et des déclarations de l'époque. « Ils sont tout simplement incompétents, je n'ai jamais vu ça », lance mon interlocuteur qui a une longue expérience en ce domaine. Il n'avait pas tort. Emmanuel Macron s'est entouré d'incompétents durant tout son premier et son second quinquennat. La technique est connue de tous les jupitériens en herbe : cela trahit une volonté de tout contrôler sans que personne ne puisse devenir un potentiel challenger.

L'homme est un fin connaisseur, il a éjecté François Hollande de la course à l'Elysée avant même qu'elle ne commence. L'enfant-roi, incapable d'entendre la moindre critique, persuadé de tout savoir et de tout faire mieux que les autres va laisser libre cours à ses élucubrations ultra-libérales dignes d'un Ronald Reagan sous stéroïdes. S'en prendre systématiquement aux plus pauvres qui seraient la cause de tous les maux de la société, cela ne va pas passer inaperçu. « Le pognon de dingue », la chasse aux chômeurs qui n'auraient pourtant qu'à « traverser la rue » pour trouver un job, la stigmatisation de « ceux qui ne sont rien »... Cette violence gratuite, cette façon de s'en prendre aux plus vulnérables, comme un enfant harceleur dans la cour de récréation, cela va laisser des traces.

Le mouvement des Gilets Jaunes va le prendre de court, lui qui pensait que l'on pouvait taper continuellement et sans conséquences sur « ceux qui ne sont rien », avec un mépris de classe sans précédent dans l'histoire politique contemporaine. Tout en assénant horreurs après horreurs, tout en énonçant ineptie après ineptie (surtout sur le plan économique et financier), Emmanuel Macron a le don de se présenter en ange de la démocratie, le contraire de ce qu'il est. Comme une sorte d'inversion du sens permanente. Sur un air de « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Avec en cerise sur le gâteau, un principe assez pervers : reprocher aux autres ce que l'on fait soi-même. Les Français sortent de ces six ans éreintés psychologiquement. Le covid, la crise économique, la violence mentale qui leur est infligée par le pouvoir, c'est tout simplement insupportable. Et lorsqu'ils vont tenter d'exprimer leur naturelle colère après tant de harcèlement, Emmanuel Macron va passer à la violence physique. Et pas une petite violence. Une terrible violence. Il restera dans l'Histoire comme le président le plus violent. Bel héritage.

Elisabeth Borne dépasse les bornes en expliquant qu'il faut redonner confiance dans  notre démocratie. De quoi électriser les manifestants. Une méthode éprouvée par Emmanuel Macron. - Copie d'écran
Elisabeth Borne dépasse les bornes en expliquant qu'il faut redonner confiance dans notre démocratie. De quoi électriser les manifestants. Une méthode éprouvée par Emmanuel Macron. - Copie d'écran

La période des Gilets Jaunes a marqué les esprits. Ceux de la majorité qui a eu peur de perdre pied. Mais aussi et surtout ceux des premiers concernés également, qui ont envahi les ronds-points, mené un combat politique inédit, manifesté sans relâche tous les samedis, essuyé le maintien de l'ordre le plus violent, systématique et continu depuis, probablement, octobre 1961. Ce n'est pas un discours de gauchiste ou de black bloc. Entre autres instances internationales, les Nations unies, le Défenseur des droits ou le Conseil de l’Europe ont dénoncé l'usage excessif de la force par les autorités françaises. Mais au delà de l’addition morbide des milliers de blessés, les 353 blessés à la tête, les 30 éborgnés, les mutilés (voir décompte de David Dufresne), la violence a marqué la population dans son ensemble. La graine était semée : contesté, le pouvoir répondra par une fureur inouïe, n'ayant qu'un but, dissuader tout contestataire de descendre dans la rue.

A l'usage massif des LBD et leur cortège de personnes défigurées (lire notre enquête ici, et ), l'État va ajouter des tonnes de gaz lacrymogène. Qui viendrait manifester pacifiquement en famille, avec des enfants, avec la certitude en tête que des nuages de lacrymos vont recouvrir les manifs ? « D'un point de vue très personnel, alors que je suis syndicaliste, j'ai presque peur d'aller manifester demain. J'ai peur de qui ? J'ai peur des policiers ! Moi, j'ai peur demain des gaz lacrymogènes, j'ai peur de prendre une grenade de désencerclement ou bien un tir de LBD. Le Syndicat de la magistrature l'a dénoncé déjà depuis plusieurs mois, il y a un constat de violences policières… qui a engendré des atteintes à l'intégrité physique de nombreux manifestants… » , avait estimé la magistrate Sarah Massoud dans un live sur Mediapart

Et comme si tout cela n'est pas suffisant, le gouvernement a eu une idée fantastique : demander aux forces du désordre de faire du chiffre. Arrêter, mettre en garde à vue... Des personnes, souvent prises au hasard, seront ainsi déférées après 24 heures de garde à vue (10.000 la première année). Des centaines de Gilets Jaunes vont venir encombrer les salles d'audience. Leur crime ? Souvent « la participation à un groupement en vue de commettre des violences » avant même que la moindre violence ait eu lieu. Une garde à vue qui pouvait être signifiée à la descente d'un train arrivant à Paris depuis la province un samedi...

Ces méthodes indignes d'une démocratie dans laquelle le droit de grève et de manifestation devraient être respectés, étrennées durant Nuit Debout, affinées avec les gilets Jaunes, est remise en route ces derniers jours avec la contestation de la réforme des retraites après le passage en force via le 49.3

La reporter du Parisien Catherine Gasté indiquait le 18 mars que seules 9 personnes sur 292 interpellés le soir du 49.3 sur la place de la Concorde avaient fait l'objet de poursuites. Les motifs des interpellations ne tenaient pas la route.

Ça recommence, encore et encore... - Copie d'écran
Ça recommence, encore et encore... - Copie d'écran

A chaque étape de ce cercle de la violence, vient s'agglutiner un peu plus de rancune, de haine recuite, de désespoir. Il faudrait être aveugle et stupide pour ne pas voir, à la lumière des manifestations spontanées qui s'organisent chaque jour depuis l'usage du 49.3 sur les retraites, que la violence déployée jusqu'ici n'a pas calmé les Français. Au contraire. Jusqu'où veut aller l'exécutif exactement ?

3 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée