Journal d'investigation en ligne
par bluetouff

Le holdup des buralistes sur la loi de santé

L'affaire des amendements identiques déposés par 13 sénateurs (12 PS pour l'un et un sénateur républicain d'autre part) visant à modifier le code des impôts pour attribuer aux buralistes l'exclusivité de la commercialisation des cigarettes électroniques et de leurs consommables commence à faire couler pas mal de pixels.

L'affaire des amendements identiques déposés par 13 sénateurs (12 PS pour l'un et un sénateur républicain d'autre part) visant à modifier le code des impôts pour attribuer aux buralistes l'exclusivité de la commercialisation des cigarettes électroniques et de leurs consommables commence à faire couler pas mal de pixels. Jean-Yves Nau, journaliste spécialiste des questions de santé, rappelle sur son blog les faits de manière chronologique :

Le 9 septembre 2015, le sénateur François Commeinhes (Les Républicains, Hérault) déposait l’amendement n°448 . Gynécologue de profession et PDG de la polyclinique Sainte-Thérèse située, il est le maire « Les Républicains » de la Ville de Sète depuis mars 2001 et sénateur depuis 2014.Le 10 septembre 2015, douze sénateurs PS ont déposé l’amendement n°616 . Parmi eux deux médecins et Mme Dominique Gillot, ancienne secrétaire d’Etat à la Santé (gouvernement Jospin). Il s’agit de :[Yves Daudigny](https://fr.wikipedia.org/wiki/YvesDaudigny) (Aisne), Delphine Bataille (Nord), Dr Bernard Cazeau(Dordogne), Anne Emery-Dumas (Nièvre), Dr Catherine Génisson (Pas-de-Calais), Dominique Gillot (Val-d’Oise) ancienne secrétaire d’Etat à la Santé,Christian Manable (Somme), Jean-Pierre Masseret (Moselle),  Franck Montaugé(Gers), Patricia Schillinger (Haut-Rhin), Yannick Vaugrenard (Loire-Atlantique) etEvelyne Yonnet (Seine-Saint-Denis)._

Et comme à chaque problème le législateur a une solution fiscale faute d'apporter des solutions de bon sens, tout le monde devrait s'accorder sur le fait de surfiscaliser les produits de la vape, histoire d'être bien sûr que le fumeur reste fumeur.

Pris en flag

Il apparait évident que ce ne sont pas les sénateurs qui ont rédigé ces amendements identiques à la virgule près chacun dans leur coin. L'ombre de la confédération des buralistes plane sur cet amendement comme sur d'autres. Jean-Yves Nau souligne d'ailleurs que sur le blog Le Monde du Tabac, la confédération ne s'en cache même pas :

"D’autres amendements ont été déposés. Et d’inspiration nettement « buralistes », suite aux contacts entre ceux-ci et un certain nombre de parlementaires. Notamment lors de leur récent mouvement de protestation"

Et ils n'ont pas à s'en cacher car aussi choquant que ceci puisse paraître de découvrir 13 sénateurs béni-oui-oui relayer les pires absurdités qui lui sont soufflées par un lobby lui même à la solde de l'industrie du tabac à propos d'une loi de santé antitabac, cette pratique est dramatiquement courante et n'a pas de caractère illégal en soi.

Qu'est-ce que ceci nous enseigne ?

La stratégie de l'industrie du tabac se dessine depuis belle lurette, c'est elle qui est aux commandes au niveau européen pour assimiler la vape à des produits du tabac dans la directive sur les produits du tabac. Et c'est encore elle qui est aux manettes en téléguidant son réseau de buralistes qui montre un visage plus "humain" aux yeux de parlementaires français que ses propres lobbyistes.

En relayant ces amendements qu'ils n'ont pas rédigé, qui ne sont pas le produit d'une réflexion allant dans le sens de la loi (... on parle quand même d'une loi de santé dont l'objet est la réduction des risques tabagiques), ces sénateurs cèdent à un réflexe électoraliste au détriment de la santé de millions de français. On peut retourner le problème dans tous les sens, s'il n'est pas illégal de soutenir des amendements rédigés par le lobby du tabac, dans une loi de santé, c'est moralement abject.

Oui ces sénateurs escomptent bien tirer profit du large réseau des buralistes en rappelant à la veille d'un scrutin régional qu'ils auront défendu les amendements de la corporation. Un large réseau ultra local a un poids électoral important, les sénateurs le savent bien.

Quand une corporation et des parlementaires s'accordent sur des amendements qui vont contre le sens de la loi, on peut de manière légitime se poser des questions sur les motivations des uns et des autres.

Nous l'avions déjà expliqué ici en vous détaillant l'oeuvre de Michèle Delaunay sur le Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui avait déjà sérieusement commencé à brosser les buralistes dans le sens du poil. Il était comme nous l'expliquions alors dramatiquement prévisible que l'on retrouve ces "idées", ces "convictions" dans le projet de loi de santé et portées par d'autres parlementaires. Michèle Delaunay a négocié en sous-main la contre partie au paquet neutre contre lequel les buralistes sont vent debout, et cette contrepartie, c'est l'exclusivité de la commercialisation des produits de la vape.

Une absurdité technique

L'absurdité de la tentative de holdup de l'industrie du tabac sur la vape inscrite dans une loi de santé est doublée d'une absurdité technique. Les buralistes commercialisent ce que leurs fournisseurs leur donnent à vendre, c'est à dire des dispositifs dont certains contiennent du tabac (inefficaces pour arrêter de fumer), ou des dispositif de type "cigalike", sans autonomie, avec des systèmes de recharges propriétaires et eux aussi parfaitement inefficaces. Ils sont notoirement dotés d'une autonomie ridicule, d'une puissance insuffisante... exactement ce qui vous conduira à cumuler cigarette électronique et cigarette traditionnelle. Tout bénef pour Big Tobacco.

La "vapoteuse" d'Imperial Tobacco

A contrario, ce qui se vend le plus aujourd'hui en boutiques spécialisées, ce sont des dispositif très efficaces, dotés de nombreuses sécurités comme la révolution du contrôle de température qui assure à l'utilisateur la prévention de toute surchauffe lors de la vaporisation pouvant éventuellement conduire à des dégagements de molécules connues comme nocives et dont le goût est horrible (imaginez commencer à fumer le filtre d'une cigarette et vous saurez à quoi nous faisons références en terme d'effet).

Un vaporisateur personnel moderne

Ces vaporisateurs personnels modernes et les atomiseurs qui les accompagnent sont simples d'utilisation mais ils demandent toutefois certaines connaissances pour ne pas être utilisés n'importe comment. La problématiques des batteries est par exemple cruciale en matière de sécurité, et très honnêtement, j'imagine mal le buraliste du coin recommander des VTC5 à ses clients adeptes du "dual coil nichrome à 0.4 ohm" alors que ces derniers ne connaissent probablement pas, en immense majorité, la loi d'ohm. Au fil des innovations, ce vaporisateurs deviennent plus sûrs, plus efficaces, mais ils demandent aussi plus de connaissances, et à un rythme qu'un buraliste ne pourra de toutes façons pas suivre... il se bornera à vendre des produits inefficaces pour enfermer ses clients dans une double consommation vape/tabac, annihilant ici tout l'intérêt de la démarche d'utiliser la vape pour arrêter le tabac, puis la nicotine, puis la vape elle-même.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée