Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jef Mathiot

Le gendarme et les darquenettes

On raconte que, dissimulée dans les profondeurs abyssales d'Internet, se trouverait une légendaire cité, un lieu hors l'Espace et le Temps et donc accessible uniquement aux pratiquants de la magie noire heureux possesseurs d'un ordinateur quantique. Il s'agirait d'un obscur territoire, contrôlé par un gouvernement et théâtre de ses noires machinations (sinon c'est pas drôle) : le Marianas Web.

On raconte que, dissimulée dans les profondeurs abyssales d'Internet, se trouverait une légendaire cité, un lieu hors l'Espace et le Temps et donc accessible uniquement aux pratiquants de la magie noire heureux possesseurs d'un ordinateur quantique. Il s'agirait d'un obscur territoire, contrôlé par un gouvernement et théâtre de ses noires machinations (sinon c'est pas drôle) : le Marianas Web.

Bien évidemment c'est du flan, mais blagounette ou conspirationnite aigüe, on voit de temps en temps resurgir cette « information » qui provoque à coup sûr l'hilarité sur les réseaux sociaux. Ce Marianas Web est l'excroissance la plus caricaturale d'une théorie malheureusement fort populaire, celle d'un Web (ou d'un Internet, tout ça est assez confus) scindé en différentes zones.

Entre le « Web surfacique » (propre et légal) et, notez l'emploi de la majuscule, le « Darknet » (terrain de jeu des débauchés), se trouverait une zone grise, le « Deep Web », contenant quant à lui les trucs potentiellement suspects mais dont on est pas certain qu'ils sont vraiment sales. À peu près.

Un plouf dans le Deep Web

Le « Deep Web » désigne, selon ceux qui l'utilisent, tous les contenus Web qui ne sont pas indexés par les moteurs de recherche. On laisse ainsi entendre, que si ce n'est pas indexé, c'est caché, et si c'est caché, c'est que ça doit être pas joli-joli.

Or les moteurs de recherche, s'ils ont beaucoup...