Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

Le chaudron puant

A six mois de la présidentielle, l'ambiance en France est très particulière. Médiatiquement, politiquement et socialement, les discours les plus primaires et les plus réactionnaires ont recouvert la plupart des réflexions. L'espace politique français — au sens large — est passé des débats de société de fond aux polémiques les plus puantes.

img_0103
img_0103

A six mois de la présidentielle, l'ambiance en France est très particulière. Médiatiquement, politiquement et socialement, les discours les plus primaires et les plus réactionnaires ont recouvert la plupart des réflexions. L'espace politique français — au sens large — est passé des débats de société de fond aux polémiques les plus puantes. Ce constat est possible non pas par la seule observation des chaînes de télévision ou de radio les plus plébiscitées, mais aussi par les titres de la presse papier et internet, ainsi — et surtout — que les échanges sur les "grands" réseaux sociaux. Le chaudron commence à bien bouillir, rempli d'ordures, et son odeur se répand de plus en plus fortement, recouvrant la plupart des paroles, actes ou initiatives "progressistes".

L'idée même d'améliorer la société, par la lutte contre les inégalités, la meilleure répartition des richesses et du travail, la nécessité d'un projet collectif, d'un renouveau des institutions et du système politique à bout de souffle, de créer des nouvelles conditions pour le vivre ensemble, de changer de modèle économique, a été recouverte par des ordures polémistes et primaires : une sorte de guerre des petites phrases sur le registre des micro-problèmes et de leurs micro-solutions. Mais le chaudron puant n'est pas seulement français. Il devient mondial. Comment cela est-il possible, et comment supporter — voire lutter — contre ce nouvel environnement...