Journal d'investigation en ligne
par Rédaction

Le chaudron puant

A six mois de la présidentielle, l'ambiance en France est très particulière. Médiatiquement, politiquement et socialement, les discours les plus primaires et les plus réactionnaires ont recouvert la plupart des réflexions. L'espace politique français — au sens large — est passé des débats de société de fond aux polémiques les plus puantes.

img_0103
img_0103

A six mois de la présidentielle, l'ambiance en France est très particulière. Médiatiquement, politiquement et socialement, les discours les plus primaires et les plus réactionnaires ont recouvert la plupart des réflexions. L'espace politique français — au sens large — est passé des débats de société de fond aux polémiques les plus puantes. Ce constat est possible non pas par la seule observation des chaînes de télévision ou de radio les plus plébiscitées, mais aussi par les titres de la presse papier et internet, ainsi — et surtout — que les échanges sur les "grands" réseaux sociaux. Le chaudron commence à bien bouillir, rempli d'ordures, et son odeur se répand de plus en plus fortement, recouvrant la plupart des paroles, actes ou initiatives "progressistes".

L'idée même d'améliorer la société, par la lutte contre les inégalités, la meilleure répartition des richesses et du travail, la nécessité d'un projet collectif, d'un renouveau des institutions et du système politique à bout de souffle, de créer des nouvelles conditions pour le vivre ensemble, de changer de modèle économique, a été recouverte par des ordures polémistes et primaires : une sorte de guerre des petites phrases sur le registre des micro-problèmes et de leurs micro-solutions. Mais le chaudron puant n'est pas seulement français. Il devient mondial. Comment cela est-il possible, et comment supporter — voire lutter — contre ce nouvel environnement politico-médiatique ?

Le populisme : faire de la politique de comptoir pour ratisser large, mais sans prendre la tête

Le concept de populisme a été détourné de sons sens, en France, en quelques années, nécessairement, puisqu'étant réservé originellement à des idées des partis d'extrême droite. Il ne pouvait alors être utilisé par d'autres. Désormais, le populisme se déclare comme un mode politique de proximité du peuple, de parler vrai [au peuple], de se préoccuper des problèmes du peuple, de vouloir le bien du peuple, etc… La réalité du populisme est pourtant toute autre, puisqu'il est à la fois historiquement et politiquement le ferment du fascisme. Le plus grand populiste de l'histoire contemporaine est Mussolini. Ses discours, son comportement, toute sa sinistre carrière politique sont basés sur ce concept de populisme. Le Duce a été copié de nombreuses fois, et peut-être jamais égalé, encore que…

Nationalisme, patriotisme, racines [des origines], grandeur [perdue] à restaurer, analyses et solutions simples, à la portée de tous, gouvernance de "bon père de famille", paternalisme donc, et déclaration des "ennemis" à abattre, ou des minorités à contraindre sont les principaux ingrédients qui nourrissent la recette du populisme dans ce chaudron pestilentiel.

La politique en France a toujours subi le populisme de certains, mais à la marge. La langue de bois, le politiquement correct, la pensée unique ont été les pendants extrêmes du populisme (alors réservé au poujadistes dont Jean-Marie Le Pen et sa fille sont issus) durant des décennies. Mais pour autant, de De Gaulle à Pompidou, de Giscard à Mitterrand, en passant par Chirac, les chef d'Etat de la Vè République — sauf de Sarkozy et Hollande — ont toujours refusé de pratiquer le populisme. Que ce soit pour gagner une élection, comme dans leur gouvernance. Encore que la campagne de Chirac de 1995, avec son slogan "Mangez des pommes" commençait à donner une bonne idée de la suite des événements. "La feuille de paie ne doit pas être l'ennemi de l'emploi". Voici ce qu'en disait le journal l"Humanité sur Internet, en 1995:

"Il maintient que «la feuille de paie n'est pas l'ennemi de l'emploi», mais, dans le même temps, justifie le gel des salaires annoncé par le premier ministre, et ajoute même que «la feuille de paie des fonctionnaires est aussi la feuille d'impôt». La contradiction présidentielle entre les aspirations au changement, ses propres engagements à réduire la fracture sociale, et les actes, qui vont à contresens, s'aiguise. Question: quand désignera-t-on les vrais privilégiés de l'argent ? Sur les essais nucléaires, Jacques Chirac s'est montré défensif. Nouvelle baisse dans les sondages du président et du gouvernement."

Six mois après son élection, Chirac augmentait la TVA, après une campagne axée sur un concept très "à gauche" : la réduction de la fracture sociale. Cherchez l'erreur…

Mais le vrai populisme du chaudron puant actuel n'était pas encore là : les débats ouverts par les journaux et les médias radiotélévisés se situaient encore au dessus de la ceinture, parlant de problèmes sociaux réels, d'inégalités concrètes, d'amélioration des conditions du plus grand nombre au sein de la société, bien que quelques prémisses du chaudron soient déjà présentes. "Le bruit et l'odeur" avait déjà été lancé par le même Chirac avant son élection, une première histoire d'interdiction de foulard musulman avait été tentée et abandonnée au début des années 90…

Pour résumer le populisme français : il se situe dans la croyance qu'une majorité d'électeurs sont mécontents, qu'ils sont plutôt incultes, qu'on peut leur faire croire que leurs problèmes sont avant tout causés par une partie de la population étrangère à la "patrie originelle" (gauloise ?), ou  cause de blocages créés par des groupes d'intérêts qui prennent tout le monde en otage (les syndicats en général) et que le bons sens, l'évidence dans les décisions à prendre, sont celles que prendraient n'importe quel "bon père de famille".

Dans ce registre, le populisme résume chaque cause d'un problème à un unique facteur. Pour le concept du chômage et de "l'emploi" : c'est à cause des "charges" sur les salaires (qui sont en réalité, les cotisations sociales pour abonder les recettes publiques et maintenir le système de répartition collectif) qui empêchent la compétitivité. Pour l'insécurité, c'est le communautarisme, le refus de l'intégration et le radicalisme religieux. Et pour le reste, ceux qui font bouillir le chaudron évitent d'en parler. Culture, santé, éducation, énergie, préventions (de consommation de drogue, de la délinquance, du suicide, etc.) actions associatives, lutte contre les inégalités croissantes, précarité, emploi : tous ces sujets, complexes, loin des préoccupations des "masses", sont très peu abordés, voire totalement occultés ou réduits à leur plus simple expression. Le débat sur la énième réforme de l'éducation nationale s'est effectué sur les horaires, l'apprentissage pur des fondamentaux ou l'éveil des enfants en groupe, le rétablissement de l'uniforme pour certains, la sécurité scolaire et introduire des tablettes informatiques pour faire rentrer le numérique dans l'éducation nationale…

Le gloubi-boulga mortifère...

Ce populisme, cette recette mortifère qui bouillonne dans le chaudron puant, trouve un combustible multiple pour le cuire à feu doux et permanent. La parole s'est libérée avec le quinquennat Sarkozy où chacun se devait d'être "décomplexé". Chacun à sa place, mais décomplexé. Tout le monde était encouragé à laisser aller la parole la plus libérée possible.

Les 1% ont pu exposer toute l'indécence de leur pensée, les 99% ont pu montrer toute l'étendue de leur racisme, qui traduit souvent une haine de leur condition... Les politiques ont pu exprimer tout ce qu'ils pensaient que le peuple voulait entendre. Et comme le fonds de commerce du FN fonctionne plutôt bien depuis des dizaines années, pourquoi ne pas aller piocher dans ce discours ?

Les politiques sont sans doute ceux qui alimentent le plus le feu sous le chaudron. Le point marquant a sans conteste été le fameux cynique et opportuniste débat sur l'identité nationale lancé par Nicolas Sarkozy en octobre 2009. Cette brèche monumentale portée au pacte républicain ne s'est jamais refermée et tous s'y engouffrent, clivant, segmentant la société.

Les politiques excellent également dans le contre-exemple, ce qui nourrit le populisme. La batterie de casseroles de Sarkozy suffirait à elle-même à illustrer cette attitude qui consiste à ressasser : faites ce que je dis, pas ce que je fais. Mais à gauche, les exemples sont multiples également. Cahuzac pour ne citer que celui-ci. En Europe également avec Jean-Claude Junker ou Neelie Kroes...

La presse n'est pas en reste. En relayant, en transformant en clickbait la moindre phrase, aussi ignominieuse soit-elle, elle rajoute du combustible, encourage les uns et les autres à répondre, avec chaque fois des arguments pires que les précédents. Et sa mise sous tutelle par sept grands patrons français n'aide pas à rétablir le contrat de confiance entre les rédactions et leurs lecteurs tant les exemples de censure ou d'auto-censure se multiplient...

Le peuple, quant à lui, au lieu de demander des comptes à ses politiques, à la presse, au lieu de leur dire qu'ils ne sont pas élus pour cela, qu'ils ne sont pas lus pour cela, le peuple clique, retweete, participe. Il participe à la radicalisation globale. Oui, certains se radicalisent façon Daesh. D'autres se radicalisent façon Marine Le Pen , façon Patrick Buisson ou façon Eric Zemmour (à qui la presse donne tant de place). Bien sûr, les uns tuent ou posent des bombes, les autres éructent des idées nauséabondes. Ce n'est pas la même chose. Mais par la radicalisation, des mots et des idées, c'est in fine la confrontation qui s'annonce.

Le grand remplacement... des cerveaux

Il faut lire la fachosphère sur Twitter ou Facebook pour bien comprendre la transformation en cours. Dédé du 68, Gérard88 et les autres en sont persuadés, l'extinction des Français gaulois est en cours. Même ce gauchiste de Sarkozy le dit, c'est donc que c'est un fait acquis et partagé. Le "grand remplacement" s'opère. Les musulmans Sarazin (forcément islamo-nazis) reviennent. Demain, il n'y aura plus un Gaulois dans ce pays. Il est temps de faire quelque chose avant d'être submergés.

Prenons deux minutes pour analyser ces inepties. Elles font, comme le populisme décrit plus haut, fi de toute analyse scientifique, ne s'encombrent pas de réflexion et simplifient à l'extrême.

La preuve du grand remplacement ? Les bouchers sont tous hallal désormais. Fini le petit boucher du quartier, bien gaulois, avec du saucisson, des tripes et des pieds de porc en rayon.

En fait dans l'esprit de la fachosphère IRL ou sur le réseau, il existerait une société immuable, figée, depuis les années 50, une France du Général de Gaulle, qui n'aurait pas bougé. Ou si, qui aurait été forcée de se cacher dans des caves, tandis que les Sarazin, les Chinois, les Martiens, peut-être, auraient peu à peu investi les appartement, les maisons et les commerces laissés vacants par la population gauloise, fuyant vers les caves. Une société en mutation, qui se métisse tant par les couleurs, les cultures, les croyances, c'est inconcevable. Cela n'existe pas. Et pourtant...

Pour qui a vécu les transformations de nos voisins espagnols, ou anglais, ou même allemands ces 30 dernières années... Toutes les sociétés évoluent, se transforment. Des habitudes de vie disparaissent. Et pour preuve, les pulls jacquard, les mocassins à pompon, plus personne, ou presque, n'admet que ce soit à la mode. Peu de Gaulois, pensent encore en 2016 que pour faire entrer un garçon dans la vie d'adulte, il faut l'emmener au Bordel. En 1900, si. On divorce un peu plus aujourd'hui aussi qu'au début du siècle. Est-ce mal ? Est-ce bien ? Peu importe, c'est juste une évolution des mœurs, des habitudes de vie. C'est nécessaire, humain.

Le fameux "grand remplacement", ou plus simplement l'évolution de la société, risque même d'arriver dans les endroits les plus inattendus. Comme par exemple en Iran ou en Arabie saoudite. Car ce qui semble acquis pour l'éternité, ne l'est en fait pas, et tout change...

L'extrême-droite française se focalise actuellement sur les "islamo-nazis". En d'autres termes, les terroristes de Daesh. Le terme permet d'allier islamistes (un peu vague mais fait référence dans leur têtes aux radicaux qui posent les bombes) et nazi. Ce dernier point est intéressant, car par opposition, il permet à celui qui prononce ce terme, de s'en exclure. L'extrême-droite ne serait donc pas nazi, ni fan de cette idéologie. Pourtant...

Par extension, l'immigration qui ferait tant de mal aux Gaulois, selon l'extrême-droite, est une sorte de cellule dormante des islamo-nazis. A l'inverse, les Gaulois, sont des gens bien sous tout rapport. Encore une fois, la globalisation est à l'œuvre. Ce serait considérer que tous les Gaulois sont des gens parfaits alors qu'une foule d'études scientifiques très sérieuses prouvent qu'il y a de nombreux crétins durs dans cette population. Même des gens agressifs, violents, délinquants, terroristes, assassins, homophobes, sexistes... Bref de tout, comme partout. Mais sortir de la généralisation, c'est un peu compliqué pour notre fachosphère.

Les grands débats de société… en 140 caractères

Ce basculement massif vers le populisme s'est effectué pour une grande part avec la possibilité du relais populaire des petites phrases, rumeurs, théories fumeuses et autres saillies politiques via les réseaux sociaux. Pas Internet, mais les réseaux sociaux, dont les deux plus importants sont Facebook et Twitter. Cet emballement des Français (qui comptent parmi les plus grands utilisateurs de Facebook de la planète) pour ces "médias numériques populaires" ont très rapidement été perçus comme une opportunité de la part de la presse, et des médias radiotélévisés. La situation financière calamiteuse et la perte de lecteurs de cette première l'a poussée à monétiser le buzz généré par les plateformes californiennes de "partages et d'échanges d'informations", allègrement suivies par les secondes.

Nous sommes arrivé à un moment où le tempo de l'actualité est rythmé à moitié par les tweets ravageurs de politiciens ou des citations de leurs discours, d'extraits d'interviews. Le tout en 140 caractères maximum. Ou avec un post sur un mur. L'approximation, la fausseté, voire les mensonges les plus flagrants sont ainsi relayés à la vitesses des tuyaux numériques. Un petit maire de droite extrême bien raciste ordonne une interdiction de tenue de plage portée par quelque femmes d'origine maghrébine, et c'est un buzz médiatique qui dure un mois. Un mois... Emportements, militantisme, rejet, agacement, indignation, tout y passe…

C'est en fait une nouvelle période qui s'est ouverte, celle de la création des sujets d'actualités politiques par la foule, ou par les "stars des réseaux sociaux", qu'elles soient des politiques ou non. Les groupes militants de tous bords sont donc très friands de ce phénomène, puisqu'en quelques clics, voire quelques aides automatisées (principe de l'astroturfing), une foule se crée, prête à en découdre, à défendre, attaquer, se plaindre, s'indigner, mais dans tous les cas : fait parler d'elle et surtout de son sujet.

Ces nouvelles formes de débats médiatiques commencent à être observés plus attentivement pour tenter de comprendre à la fois leur fonctionnement et les enjeux démocratiques, de société qu'ils impliquent. La rédactrice en chef du Guardian, Katharine Vinter, s'est fendue d'un article à ce propos cet été, traduit dans Courrier International. Ses constats sont plutôt sombres, amènent des réflexions, parfois lapidaires, mais pas sans intérêt :

« A l’heure du numérique, il n’a jamais été aussi facile de publier des informations mensongères qui sont immédiatement reprises et passent pour des vérités. »

La journaliste analyse plusieurs emballements médiatiques nationaux au Royaume-Uni dont la fameuse affaire de "la tête de porc" — dans laquelle David Cameron aurait introduit ses parties intimes — ainsi que la campagne pour le Brexit. Dans les deux cas, les mensonges, rumeurs, affirmations non vérifiées ont été amplifiées via les réseaux sociaux au point de devenir des vérités, des certitudes. Une fois l'emballement passé, que ce soir dans le cas du Brexit ou de la tête de cochon, il s'est révélé que rien n'était vérifié. Aucun témoin pour Cameron, et des politiques pro-Brexit avouant qu' en fin de compte, il ne leur serait pas possible de faire ce qu'ils assénaient durant la campagne— mais une fois le Brexit voté…

Un article reprenant celui de Viner cherche à comprendre ce qu'il se passe au delà de l'amplification des rumeurs et de l'emballement des foules sur les réseaux sociaux. Un phénomène très important est celui de l'influence des algorithmes et de l'enfermement des usagers des réseaux dans leurs propres convictions, dans leurs propres sphères de croyance.

Tom Steinberg (@steiny), le fondateur de MySociety a réagi après la victoire du Brexit à ce sujet :

« Je cherche activement des gens qui se réjouissent de la victoire des pro-Brexit sur Facebook, mais les filtres sont tellement forts et tellement intégrés aux fonctions de recherche personnalisées sur des plateformes comme Facebook que je n’arrive pas à trouver une seule personne contente de ce résultat électoral, et ce alors que près de la moitié du pays est clairement euphorique aujourd’hui »… Pour lui, il y a là un facteur de division extrêmement grave de la société : « nous ne pouvons pas vivre dans un pays où la moitié des gens ne savent strictement rien de l’autre moitié ».

Amère mixture…

Les politiques ont décidé de continuer coûte que coûte dans la même voie, et les média, incapables de se remettre en question suivent le mouvement. Le principe d'un chaudron-arène puant, populiste à souhaits, où chacun essaye de surenchérir sur l'autre dans les propositions les plus basses du front et simplistes à l'extrême risque de perdurer jusqu'à la fameuse élection de 2017. Celle où tous les sondages donnent Marine Le Pen au deuxième tour. Celle où les réseaux sociaux relayent et donnent le "la" de l'actualité "chaude".

Le contrat social français est en réalité un lointain souvenir, les bulles de pensées unilatérales des réseaux sociaux vont continuer à enfler, et aucune alternative au populisme ambiant ne semble poindre à l'horizon. Ni groupe, ni individu ne se hisse au dessus de la mêlée, et s'ils existent, aucun média d'influence n'a l'air de vouloir leur donner la parole. Comme si la nécessité d'aller jusqu'au bout de la recette était une obligation. Le chaudron puant sera visiblement touillé jusqu'au bout, et quand il faudra avaler sa mixture, il est probable que ce soit la grimace qui prédomine pour le plus grand nombre. Le poison amer du populisme est-il un passage obligé pour forcer l'ensemble d'une société à changer positivement ? Probable. Mais combien de victimes fera-t-il avant cette potentielle bascule ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée