Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Entretien
par Antoine Champagne - kitetoa

Laurent Chemla : Internet n'est pas contrôlable

Il y a comme ça des figures d'Internet. Des dinosaures à qui l'on doit beaucoup sans toujours le savoir. Des Jean-Michel Billaut, des hackers de légende qui ont dépassé depuis longtemps l'envie d'être les vedettes éphémères de la presse. Dans cette liste, il y a Laurent Chemla. Lors du lancement de Reflets, il nous a paru évident de lui poser des questions, comme cela avait été le cas en 2005. Pour faire le point.

Il y a comme ça des figures d'Internet. Des dinosaures à qui l'on doit beaucoup sans toujours le savoir. Des Jean-Michel Billaut, des hackers de légende qui ont dépassé depuis longtemps l'envie d'être les vedettes éphémères de la presse. Dans cette liste, il y a Laurent Chemla. Lors du lancement de Reflets, il nous a paru évident de lui poser des questions, comme cela avait été le cas en 2005. Pour faire le point.

Laurent est comme Reflets, il n'est pas pressé et préfère prendre le temps de la réflexion. Ses réponses arrivent un peu plus d'un an plus tard. Et vous savez quoi ? Cela valait la peine d'attendre !

 

- En 2005, je t'avais déjà posé toute une série de questions sur l'évolution d'Internet. Depuis, pas mal de choses ont encore changé. La tentation du contrôle par les Etats est de plus en plus forte. On l'a vu notamment dans les pays arabes qui avaient installé des outils de DPI pour contrôler les internautes. Outils souvent exportés par la France. Ici aussi le DPI fait son trou. Il va où le Net qu'on a connu ? Qui conduit le tracteur ?

Si j'ai mis longtemps (bon, plus d'un an, d'accord) avant de répondre à tes questions, c'est surtout la faute à celle-ci :

"Il va où le Net ?". Sérieusement ?

Prédire l'avenir d'un réseau en évolution constante, c'est d'une difficulté sans nom.  Il faut dans le même temps se remettre dans le contexte des années passées, et tenter...