Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par KheOps

La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée

J'ai eu la chance de pouvoir aller à Milipol 2011, salon dit "de la sécurité intérieure des États", qui se déroulait du 18 au 21 octobre porte de Versailles, à Paris. C'est l'un des plus grands regroupements mondiaux de représentants industriels et politiques liés à cette thématique. Hormis la presse, seuls les acteurs de cette sphère y sont en théorie admis. Pas de Monsieur et Madame Tout-le-monde, pas de grand public.

J'ai eu la chance de pouvoir aller à Milipol 2011, salon dit "de la sécurité intérieure des États", qui se déroulait du 18 au 21 octobre porte de Versailles, à Paris. C'est l'un des plus grands regroupements mondiaux de représentants industriels et politiques liés à cette thématique. Hormis la presse, seuls les acteurs de cette sphère y sont en théorie admis. Pas de Monsieur et Madame Tout-le-monde, pas de grand public. Parmi les "personnalités", Marine Le Pen et Claude Guéant y ont apparemment fait une apparition. Parmi les exposants dont le nom parlera peut-être au lecteur, on citera la DGA, Renault Trucks, SigSauer, Flash-Ball, Trovicor et Bull-Amesys. Tous ont une place sur le marché de "la sécurité intérieure des États".

Ce salon, dont les stands les plus ludiques sont ceux proposant de s'entraîner à viser avec tel fusil mitrailleur ou telle arme de poing, a également donné l'occasion de mesurer l'importance croissante occupée par les technologies de surveillance de masse des flux de communication comme outil de guerre. Une importance très facilement perceptible mais qui semble mal assumée par les fabricants de ces technologies d'espionnage.

Pour cette raison, et du fait que le grand public n'y est pas admis (pourtant l'État, c'est nous, non?), un petit aperçu de ce salon me paraît indispensable. Toutes les photographies de cet article ont été prises lors du salon.

 

Fais voir ton gros calibre

...