Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

La surveillance étatique d'Internet fait son entrée dans la présidence Macron

La lecture du site BFMTV peut être parfois intéressante. Dans un long article, Matthieu Pechberty évoque la vente d'Alcatel Submarine Networks, une entreprise pour le moins stratégique. Nokia, propriétaire de la filiale d'Alcatel serait sur le point de proposer à la vente cette boite inconnue du grand public, mais qui pose une grande partie des câbles sous-marins qui composent la colonne vertébrale d'Internet.

Big

La lecture du site BFMTV peut être parfois intéressante. Dans un long article, Matthieu Pechberty évoque la vente d'Alcatel Submarine Networks, une entreprise pour le moins stratégique. Nokia, propriétaire de la filiale d'Alcatel serait sur le point de proposer à la vente cette boite inconnue du grand public, mais qui pose une grande partie des câbles sous-marins qui composent la colonne vertébrale d'Internet. Qui pose les câbles et les routeurs de service, peut, en théorie, surveiller ce qui y circule.

Nous avons souvent évoqué Alcatel et Alcatel Submarine Networks dans nos colonnes car partout où Amesys a installé un système de surveillance massive à l'échelle d'un pays, débouche un câble Alcatel...

Sans expliciter pourquoi, Matthieu Pechberty évoque plusieurs sources étatiques qui qualifient de "stratégique" Alcatel Submarine Networks. En effet... Eclairons donc les lecteurs de BFMTV qui s'égareraient par hasard sur le site de Reflets : l'Etat Français ne veut pas perdre le contrôle d'Alcatel Submarine Networks car celui qui contrôle les câbles, contrôle la surveillance massive.

Ce n'est pas une nouveauté puisque Fleur Pellerin, alors ministre déléguée en charge de l'Economie numérique expliquait de manière très transparente le 13 janvier 2013 aux Echos :

Le savoir-faire d'Alcatel Submarine Networks (ASN) est en effet unique ; il couvre la production, l'installation et la maintenance des...