Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par drapher

La société française est-elle un grand parc d'attraction ?

Une forme de dérive médiatico-politique faite de polémiques absconses, de petites phrases, de scandales de personnes, de lynchages ou de mise en avant de personnalités et d'opinions souvent binaires est devenue prégnante en cette rentrée 2015.

_ Une forme de dérive médiatico-politique faite de polémiques absconses, de petites phrases, de scandales de personnes, de lynchages ou de mise en avant de personnalités et d'opinions souvent binaires est devenue prégnante en cette rentrée 2015. Des affirmations délirantes de Nadine Morano aux tribunes dichotomiques de Michel Onfray — en passant par les commentaires sur sondages les plus absurdes — la société semble rythmée par des "histoires" de cour de récréation, poussant à l'indignation ou au soutien. Comme si le monde qui nous entourait se réduisait à un grand parc d'attraction. Parfaitement bien huilé pour que les spectateurs en aient pour leur argent ? _

Imaginons la France en parc d'attraction. Les gérants du parc seraient les politiques, et les intermittents du spectacle, les journalistes, intellectuels, chefs d'entreprises et autres personnalités médiatiques et économiques de poids. Les citoyens — n'ayant pas accès aux grands médias — seraient donc le public. La gérance serait tournante, avec vote du public pour renouveler ou non ceux qui gèrent le parc.

Que peut-on faire pour occuper le public, le distraire ? Puisque l'objectif d'un parc d'attraction est… la distraction, il faut bien occuper les esprits. Le principe est toujours le même : amuser, ou faire peur (le frisson),  pour au final, délasser, mais surtout pousser par ce biais à la consommation de produits dérivés, car les entrées pour les...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée