Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

La SCPP et TMG ont aussi des gadgetophrases en stock

Il était une fois, au siècle dernier, un dessin animé pas très fin, mettant en scène un inspecteur bardé de gadgets. A chaque souci, il prononçait une phrase "go-go-gadget-o-..." et faisait apparaître des outils improbables pour se sortir d'affaire. Il était une fois, au siècle dernier, des entreprises, des ministères, des armées qui investissaient le Web avec trois bouts de ficelle ou des millions, mais pas une once de connaissances en sécurité informatique.

Il était une fois, au siècle dernier, un dessin animé pas très fin, mettant en scène un inspecteur bardé de gadgets. A chaque souci, il prononçait une phrase "go-go-gadget-o-..." et faisait apparaître des outils improbables pour se sortir d'affaire.

Il était une fois, au siècle dernier, des entreprises, des ministères, des armées qui investissaient le Web avec trois bouts de ficelle ou des millions, mais pas une once de connaissances en sécurité informatique. Il mettaient en péril des données confidentielles, des données personnelles, sans la moindre arrière-pensée. Ils faisaient pourtant intervenir pour leurs projets Web des entreprises facturant leur non savoir-faire à prix d'or.

Une fois démontrée leur incapacité à produire un projet Web qui tienne  la route et qui ait un semblant de début de sécurité "inside", les responsables criaient très fort "go-go-gadgetophrase". Et leur bouche s'ouvrait immédiatement, laissant filer une phrase magique : "ce serveur était un serveur de test déconnecté de nos infrastructures.  A aucun moment les données de nos clients n'ont été mises en péril".

Etrangement, les journalistes avalaient la pilule. Ils reproduisaient ces propos sans s'interroger une seconde sur leur inanité. Ni ne questionnaient les auteurs de ses phrases en leur présentant les arguments évidents qui contredisaient la gadgetophrase.

Pour avoir pointé du doigt des centaines d'entreprises, des...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée