Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jet Lambda

La prohibition du cannabis, nouvel os à ronger pour Valls le pitbull

C'est encore une histoire exemplaire dans laquelle se distingue notre nouveau sinistre de l'intérieur. Dans le registre des réformes qui ne coûtent pas un rond mais qui ont le mérite de "positionner" le pouvoir PS dans un modernisme de gôche, la politique des drogues fait figure de baromètre hypersensible.

C'est encore une histoire exemplaire dans laquelle se distingue notre nouveau sinistre de l'intérieur. Dans le registre des réformes qui ne coûtent pas un rond mais qui ont le mérite de "positionner" le pouvoir PS dans un modernisme de gôche, la politique des drogues fait figure de baromètre hypersensible. Il y a quelques mois, c'est la question des "salles de shoot" — lieux de consommation d'héroïne sous contrôle médical — qui faisait la Une un peu partout, suite aux promesses du candidat normal. En octobre, la ministre s'y déclarait favorable et le gouvernement s'engageait dans une étude de faisabilité. Aux dernières nouvelles, rien de concret: les associations concernées restent dans le brouillard et crient toujours à l'urgence sanitaire.

L'autre chantier symbolique, c'est le défi lancé par le mouvement des Cannabis Social Clubs (CSC). L'idée de ces "clubs" est de briser le silence et mettre le régime prohibitionniste français à l'épreuve. Ces coopératives de producteurs-consommateurs ont l'intention de déclarer leur activité pour la vivre au grand jour. Jeudi 21 février, l'un des militants de cette forme particulière d'autogestion agricole vient d'en faire les frais à Tours: 27 heures de garde à vue, saisie de plants de cannabis, de son téléphone et de son ordinateur, avec une convocation au tribunal le 8 avril prochain pour « détention de cannabis »...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée