Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

La prière qui n'a pas sauvé François Fillon

Vendredi dernier, c'était veillée d'arme pour les cathos fillonistes. « Adorons le Seigneur. Quelle foi pour la France ? » A la basilique Notre-Dame-des-Victoires à Paris, ils étaient conviés à « une veillée à caractère exceptionnel pour la France ». Rien que ça. Au menu : enseignement du père Nicolas Buttet, un Suisse fondateur d'une communauté tradi, messe, adoration. « Une démarche aussi patriotique que spirituelle, une rencontre à ne pas manquer », dixit le tract bardé de bleu-blanc-rouge.

Vendredi dernier, c'était veillée d'arme pour les cathos fillonistes. « Adorons le Seigneur. Quelle foi pour la France ? » A la basilique Notre-Dame-des-Victoires à Paris, ils étaient conviés à « une veillée à caractère exceptionnel pour la France ». Rien que ça. Au menu : enseignement du père Nicolas Buttet, un Suisse fondateur d'une communauté tradi, messe, adoration. « Une démarche aussi patriotique que spirituelle, une rencontre à ne pas manquer », dixit le tract bardé de bleu-blanc-rouge. « Pas question de donner de consignes de vote, mais simplement de proposer des éléments de discernement », déclare l'organisateur Semeurs d'Espérance. Pendant la veillée, entre allusion aux manifs pour tous, accepter « l'imperfection de nos politiques », on est prié de lire entre les lignes. « C'est incroyable, nos candidats ne sont pas des saints », lance le prédicateur. L'assemblée rit au diapason. « Nous faisons l'acte le plus révolutionnaire qui existe, déclare le curé suisse. Nous sommes des insurgés de Dieu. Nous proclamons le primat de Dieu dans nos vies et dans la société civile et politique. » Mais pas un mot pour le policier tué. Adhérent de Flag, l'association LGBT de la police et pacsé, il n'entrait sans doute pas dans les critères de la Manif pour tous...

Mais c'est à la buvette après la prière que les participants se lâchent. « Dans la...