Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

La NSA peut-elle tirer du sens d'une surveillance globale planétaire et en temps réel ?

Le Lisbon & Estoril film festival 2014 accueille cette année un symposium sur la surveillance globale dans une ère post-révélations Snowden. Le débat du jour avec Baltasar Garzón (juge, avocat de Julian Assange), Jérémie Zimmermann (fondateur de la Quadrature du net) et Céline Curiol (écrivain) a été l'occasion d'explorer les mécanismes qui permettent aux Etats de dévier à ce point de leur rôle, c'est à dire le bien commun de ceux qui leur ont confié leur pouvoir, les citoyens.

Le Lisbon & Estoril film festival 2014 accueille cette année un symposium sur la surveillance globale dans une ère post-révélations Snowden. Le débat du jour avec Baltasar Garzón (juge, avocat de Julian Assange), Jérémie Zimmermann (fondateur de la Quadrature du net) et Céline Curiol (écrivain) a été l'occasion d'explorer les mécanismes qui permettent aux Etats de dévier à ce point de leur rôle, c'est à dire le bien commun de ceux qui leur ont confié leur pouvoir, les citoyens. Et de verser du mauvais côté de la force, en dépensant des milliards de dollars pour surveiller et contrôler les mêmes citoyens. Les intervenants ont noté que ces infrastructures, plus puissantes, plus vastes, plus technologiques que par le passé, ne sont qu'une évolution de ce qui a toujours existé. Ce qui laisse penser que les Etats sont principalement effrayés par leurs citoyens, plutôt que par d'éventuels terroristes. Ces systèmes, comme l'a rappelé Noam Chomsky dans un entretien avec les organisateurs et diffusé au cours du du festival, visent à protéger les tenants du pouvoir contre ceux qui le leur ont délégué. Mais que faire du volume astronomique des données récoltées par la NSA ? Peut-on imaginer que, justement, parce que ce volume est monumental, la plupart des gens passent au travers des mailles du filet ?

En d'autres termes, peut-on souscrire à l'argument selon lequel le flot de données noie l'information, qu'il est impossible d'en tirer du sens, qui plus est en temps réel ?

Chacun à notre poste, journalistes, hackers, activistes, juristes, artistes, nous concentrons sur notre domaine d'expérience et en fonction des informations dont nous disposons, tentons d'analyser une réalité qui semble désormais dépasser la fiction. Mixons aujourd'hui des aspects techniques et financiers pour tenter d'imaginer ce que peut faire un pays comme les Etats-Unis avec les infrastructures mises en place et révélées par Edward Snowden.

Replongeons avant tout dans le High Frequency Trading, ces techniques du secteur financier dont Reflets a exposé à peu près toutes les méthodes. Le monde de la finance pense avoir trouvé, une fois encore, sa martingale. Le système qui lui permet de gagner à chaque coup. Des algorithmes extrêmement sophistiqués qui analysent des petaoctets de données provenant de sources multiples (fils de news, fils de données boursières, historiques sur des années des cours, etc.) et qui prennent des décisions d'achat ou de vente dans la micro-seconde. Cela ne vous rappelle rien ? Des milliards et des milliards d'informations, en vrac, qu'il faut analyser pour en faire ressortir l'essentiel, y trouver du sens, et prendre des décisions en temps réel, le tout sans même une intervention humaine...

Dans le secteur financier, les personnes qui programment ces algorithmes sont les mieux payées. De véritables ponts d'or leur sont offerts, afin, principalement, qu'ils ne partent pas à la concurrence. Mais aussi, bien entendu, parce que ces infrastructures permettent aux institutions financières de gagner de l'argent, de ne jamais en perdre.

Peut-on raisonnablement imaginer que les Etats-Unis et leur bras armé, la NSA aient investi des milliards de dollars dans une telle infrastructure, sans pouvoir tirer du sens des pétaoctets récoltés ?

Le chant des oiseaux

Certains s'étonnent des sources de données visées. Les applications de jeu comme Angry Birds, World of Warcraft, on en passe. Si les stratagèmes mis en place par des astrophysiciens, des mathématiciens, des statisticiens, et finalement, très peu de financiers, dans le secteur de la finance, peuvent parfois également sembler "étonnants", il est évident qu'ils ne sont pas mis en place par hasard. Mieux, ils ont un sens. Un but. Ce but, c'est de gagner de l'argent. Et devinez... Ça marche. Il en va probablement de même pour la NSA. Elle ne collecte sans doute pas des données qui peuvent sembler farfelues pour rien. Et en tout cas pas pour ne rien en faire d'utile.

Si les algorithmes de la finance parviennent à prendre des décisions en temps réel et qui génèrent des millions de dollars, ceux de la NSA doivent à n'en pas douter analyser les petaoctets de données et en tirer du sens. Peut-être même permettre de prendre des décisions sans intervention humaine en temps réel à mesure de les données circulent dans les tuyaux.

Et encore, nous n'abordons ici que l'aspect "software". Sur le plan du matériel, il existe des entreprises pouvant fournir ce qui est nécessaire à de tels traitements... Nous avons déjà évoqué sur Reflets des noms qui ne vous disent probablement rien comme celui de Reservoir aux USA, ou de Kalray.. en France, deux spécialiste du MPPA.

Passons ici un message subliminal, issu de cette page:

Reservoir’s patent-pending pattern-matching technology – provides high volume, deep content inspection at line rates up to 100 gigabits per second. R-Scope can: _Perform deep content inspection at up to 100 Gbps bidirectional on a 1U appliance__ Analyze hundreds of packets and flows in parallel Match thousands of signatures concurrently Support advanced network monitoring languages (Snort, regular expressions, and beyond)_Compile signatures to high-performance embedded code for efficiency

A quand des attaques de drones sur des terroristes supposés décidées par des algorithmes, en temps réel ? Si Ben Laden avait joué à Angry Birds, il serait probablement mort plus tôt...

 

Note : cet article a été financé grâce aux dons des lecteurs de Reflets

 

Cet article est le premier d'une trilogie. La suite est ici :

Surveillance globale : le système

Algorithmes : l’avènement du monstre

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée