Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Brève
par Antoine Champagne - kitetoa

La justice tunisienne en question : le cas de Ines Zarrouk

Ines Ben Othman est cinéaste. Mais elle est aussi la femme de Walid Zarrouk, agent pénitentiaire et président de l'association Muraqib, qui lutte contre la torture et les abus dans les prisons et les lieux de rétention. Visiblement ce genre d'activité n'est pas du goût des autorités tunisiennes. Walid a été limogé par le ministre de la Justice, Nourdine Bhiri, du parti Ennahdha.

Depuis 2011, il a été arrêté une dizaine de fois et emprisonné sept fois. En 2015, il a purgé une peine de trois mois pour avoir critiqué le procureur adjoint Sofiane Selliti.

Walid et Ines sont accusés par le pouvoir d'avoir mis en danger des personnes, contrevenant ainsi à la loi anti-terrorisme.

Walid Zarrouk purge actuellement et depuis le 1er août dernier, une peine d'un an et demi de prison pour diffamation lors d'une interview télévisée. Son crime ? Avoir dit que les procureurs étaient inefficaces puisqu'ils n'étaient pas capables de réunir des preuves tangibles dans les dossiers qu'ils montaient contre lui. Walid Zarrouk a fait appel mais pour l'instant, aucune date n'a été fixée.

Les déclarations de Walid Zarrouk à propos de la gestion par les autorités de l'attentat du Bardo ont probablement pesé lourdement dans la décision du gouvernement de le harceler, lui et sa femme. Walid Zarrouk avait en effet indiqué que la police avait eu vent d'un attentat imminent, dans les 24 heures, avant le carnage qui a fait 24 morts (dont 4 français) et 45 blessés. La suite a montré, pour ceux qui se sont intéressés à cet attentat, qu'il n'était probablement pas dans l'erreur.

Demain, jeudi 15 décembre, le dossier de Ines sera étudié par la chambre d'accusation. Cette dernière peut requalifier l'accusation et l'on passerait de la loi anti-terroriste au code pénal (diffamation), ou même, lever les charges retenues contre Ines.

Par ailleurs, Ines, qui devait se rendre en France ces derniers jours en a été empêchée.

 

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée