Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par drapher

La France des téléviseurs sur le buffet

Parler des Français — et de la France en général — est un exercice récurent dans les périodes électorales. Chaque politique, chaque éditorialiste y va de sa petite phrase, de sa sentence, pour exprimer qui, "le malaise des Français", qui "la crise française", "le désarroi", "la colère", etc.

Big

Parler des Français — et de la France en général — est un exercice récurent dans les périodes électorales. Chaque politique, chaque éditorialiste y va de sa petite phrase, de sa sentence, pour exprimer qui, "le malaise des Français", qui "la crise française", "le désarroi", "la colère", etc. Ces analyses pseudo-psychologisantes et de sociologie de comptoir — sur une population de plus de 65 millions de personnes et de 44 millions d'inscrits sur les listes électorales — n'engagent que ceux qui les énoncent.

La réalité sociologique, économique et politique de l'Hexagone est beaucoup plus complexe et différente que ce que les observateurs de "la vie politique" veulent bien restituer. L'une des raisons de ce décalage entre analyse globale et réalité, est principalement que tous ces analystes ne vont jamais chez les gens, ne savent même pas comment ils vivent. Ils n'ont surtout jamais passé une paire d'heure dans une "famille rurale moyenne", à dîner autour d'une table de salle à manger avec le téléviseur allumé en permanence.

Cet aspect des choses est pourtant central si l'on veut comprendre ce qu'il se passe un tant soit peu dans un pays qui semble décidé — d'un point de vue électoral — à porter en tête au premier tour de la présidentielle la candidate d'un parti d'extrême droite nationaliste, xénophobe et populiste. Parce que ceux qui questionnent la société et jouent...