Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jet Lambda

La cité radieuse du groupe Auchan se paie un "débat public"

"Vous donner la parole et la faire entendre." C'est le slogan, très "démocratie participative", de la Commission nationale du débat public (CNDP), institution chargée – pour faire court – de "lubrifier" les relations entre "aménageurs" et "aménagés" du territoire. Sa mission est donc de s'assurer que le public dispose d'informations fiables et diversifiées pour pouvoir "débattre" de l'opportunité même d'un projet de bétonnage — à partir d'un coût minimum de 300 millions d'euros.

"Vous donner la parole et la faire entendre." C'est le slogan, très "démocratie participative", de la Commission nationale du débat public (CNDP), institution chargée – pour faire court – de "lubrifier" les relations entre "aménageurs" et "aménagés" du territoire. Sa mission est donc de s'assurer que le public dispose d'informations fiables et diversifiées pour pouvoir "débattre" de l'opportunité même d'un projet de bétonnage — à partir d'un coût minimum de 300 millions d'euros.

Le groupe Auchan compte miser plus de 3 milliards sur Europacity, un méga-complexe (ou plutôt mégalo-complexe) sur 80 Ha mêlant galerie marchande géante avec activités "ludiques et culturelles" (piscines, piste de ski artificiel, salles de spectacles, etc.), le tout érigé dans une architecture mégalomaniaque qui fait penser à une cité futuriste métallique et aseptisée. Ou comment dissimuler un nième centre commercial en l'enrobant de concepts alibis qui n'ont de "culturel" que le slogan, dont le nombre de visiteurs annuel est largement surestimé (31 millions, soit deux fois l'audience d'Eurodisney), qui prévoit de bétonner le Triangle de Gonesse, vaste zone agricole située entre les aéroports du Bourget et de Roissy.

Jeudi 17 mars, à Gonesse (Val d'Oise), la CNDP organisait la réunion inaugurale du débat public Europacity, qui comprend une quinzaine...