Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Stanislas Jourdan

La Banque centrale de Grèce ouvre les vannes (#toutvabien)

La nouvelle n’étonne qu’à moitié les analystes : cela fait plusieurs mois maintenant que le secteur bancaire grec, en plus d’être écarté des marchés interbancaires, est en proie à une fuite des dépôts. C’est simple : les banquiers grecs sont tout autant en difficulté que leur gouvernement. Pour éviter la faillite, les institutions bancaires du pays n’ont d’autre choix que de recourir aux opérations de refinancement de la Banque centrale Européenne (BCE).

La nouvelle n’étonne qu’à moitié les analystes : cela fait plusieurs mois maintenant que le secteur bancaire grec, en plus d’être écarté des marchés interbancaires, est en proie à une fuite des dépôts. C’est simple : les banquiers grecs sont tout autant en difficulté que leur gouvernement.

Pour éviter la faillite, les institutions bancaires du pays n’ont d’autre choix que de recourir aux opérations de refinancement de la Banque centrale Européenne (BCE). Ce qu’elles font massivement : sur les douze derniers mois, les banques grecques recevaient en moyenne 90 milliards d’euros de liquidités chaque mois.

Bien que potentiellement illimitées, les opérations de refinancement de la BCE sont néanmoins conditionnées à la présentation d’actifs de qualité par les banques (le “collatéral”). D’ailleurs, suite à la dégradation de la note de la Grèce par les agences de notation, les obligations souveraines grecques ne pouvaient théoriquement plus être présentées comme collatéral. Mais compte tenu de la mise en place du plan de sauvetage du pays par l’Union Européenne, Francfort avait alors décidé de faire uneexception à ses propres règles, continuant d’accepter en collatéral les 40 milliards d’euros de bons du trésor grecs détenus par les banques helléniques.

 

En dépit de ce soutien, la fuite des dépôts et la hausse des besoins de financement des banques n’a pas été endiguée depuis. En juin dernier, ce sont encore 5 milliards d’euros qui avaient quitté le pays, s’ajoutant aux 50...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée