Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Yovan Menkevick

L'homme qui donnait plus, et moins (le mercredi c'est soufi)

Inqilabi a dit : "Je suis allé voir de nombreux maîtres. Tous étaient vénérés de leurs disciples, tous je les ai vénérés. Puis j'ai trouvé un maître différent. Il me dit tant de choses que je n'ai jamais imaginées qu'il me parut surpasser tous les autres en générosité. Quand j'atteignis, avec son aide, à l'entière connaissance du secret, je me rendis compte que tous les autres avaient été bien plus généreux : ils m'avaient dit tout ce qu'ils savaient.

Inqilabi a dit : "Je suis allé voir de nombreux maîtres. Tous étaient vénérés de leurs disciples, tous je les ai vénérés.

Puis j'ai trouvé un maître différent. Il me dit tant de choses que je n'ai jamais imaginées qu'il me parut surpasser tous les autres en générosité.

Quand j'atteignis, avec son aide, à l'entière connaissance du secret, je me rendis compte que tous les autres avaient été bien plus généreux : ils m'avaient dit tout ce qu'ils savaient. Mais cela avait été utile en apparence, non en réalité.

Générosité sans substance est grandeur d'âme, pas subsistance.

Pourquoi ne me donnait-il pas encore plus de ce qu'il avait ?

J'aurais pu l'accuser de parcimonie, si je n'avais compris à la fin qu'il m'avait guidé correctement, en me donnant peu par rapport à ce qu'il y avait : comme un on instruit un enfant. Il m'avait donné le nécessaire, non le remarquable."

(Récits des Sages d’Orient – Idries Shah – Collection soufisme vivant – Editions le courrier du livre)

 

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée