Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jef Mathiot

L'écumeur des cybermers et le parquet flottant

Dans le cadre d'une enquête sur de fausses alertes à la bombe reçues par des lycées parisiens, les amis du petit déjeuner ont rendu lundi 8 février, une amicale visite à un lycéen. Ils l'ont placé en garde à vue et ont, semble t-il, saisi ses armes de destruction massive son matériel informatique. France Info nous apprenait le lendemain que « c'était l'adresse IP de son ordinateur » (sic) qui avait permis aux cyberlimiers de l'OCLCTIC de remonter la piste du « jeune hacker (sic et resic) ».

There is this thing called Internet
There is this thing called Internet
Dans le cadre d'une enquête sur de fausses alertes à la bombe reçues par des lycées parisiens, les amis du petit déjeuner ont rendu lundi 8 février, une amicale visite à un lycéen. Ils l'ont placé en garde à vue et ont, semble t-il, saisi ses armes de destruction massive son matériel informatique. France Info nous apprenait le lendemain que « c'était l'adresse IP de son ordinateur » (sic) qui avait permis aux cyberlimiers de l'OCLCTIC de remonter la piste du « jeune hacker (sic et resic) ». Ce dernier, « connu de la justice dijonnaise pour des faits de piratage informatique » - « selon une source policière » parce que sinon ça fait pas sérieux - « aurait offert son savoir-faire à des complices pour appeler les lycées parisiens de manière anonyme, grâce à des logiciels cryptés utilisant des serveurs distants à l'étranger (sic, resic et reresic) ». Bref, tout ça sentait bon le grand n'importe quoi, et il aura fallu attendre deux analyses un peu plus calmes du [Monde](http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/02/10/alerte-a-la-bombe-dans-les-lycees-un-jeune-homme-presente-a-un-juge48626624408996.html) puis de Numerama pour y voir un peu plus clair.

Le parquet, pied au plancher, avait requis la détention provisoire et la mise en examen du tipiakeur pour « complicité de menaces de destruction dangereuses pour les personnes », « complicité de menaces de mort », « complicité de fausse alerte ». Quel forfait avait donc...