Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Édito
par Delphine Courel

Immersion chez tonton Pôle

Chez tonton Pôle, c'est la plus grosse entreprise française, celle qui recrute plus de 3 millions de salariés et qui augmente ses effectifs, grâce à la crise. Reprenons ; le concept nous vient de notre ami, Nicolas Sarkozy, qui souhaitait à l'époque rationaliser le service public de l'emploi afin de le rendre plus efficace.

Chez tonton Pôle, c'est la plus grosse entreprise française, celle qui recrute plus de 3 millions de salariés et qui augmente ses effectifs, grâce à la crise. Reprenons ; le concept nous vient de notre ami, Nicolas Sarkozy, qui souhaitait à l'époque rationaliser le service public de l'emploi afin de le rendre plus efficace. Il fusionne un organisme de droit privé - l'ANPE, qui a pour tâche d'aider les chômeurs à trouver un emploi - et un organisme public - l'Unedic, qui s'occupe de verser les indemnités chômage. Objectif: permettre un suivi plus efficace et individualisé des chômeurs.

Cette administration est montrée du doigt régulièrement, ses membres VIP, largement critiqués voir méprisés.

Entre des parents à la retraite qui ne comprennent pas comment on peut faire pour ne pas travailler, bah oui « de mon temps, on cherchait et on trouvait du travail » CQFD. Et les studieux travailleurs, bien intentionnés, qui nous assènent le coup de grâce « tous des feignants qui profitent du système à nos frais ».

Sachez qu'avant de devenir membre VIP chez Tonton Pôle et prétendre à une indemnisation, moi aussi je travaillais… Avant d'être gentiment remerciée.

Alors bien sûr, comme dans toute entreprise on a quelques feignants qui savent se planquer dans les coins, et qui nous sirotent le café comme s'ils étaient à la maison et le tout au frais du comité. Mais tout ne se passe pas comme ça pour tout le monde.

Dans le lot vous avez quand même d'honnêtes travailleurs qui ne demandent qu'à reprendre le chemin d'une entreprise moins prestigieuse. Parce que mine de rien, ça ne nous amuse pas de répondre qu'on est dans la recherche, que l'on fait de la figuration, ou encore, que nous sommes intermittents. Trainer en pantoufles lapin et jogg marcel toute la journée, ça nous plait souvent moyen.

Sauf que voilà, il faut commencer par s'inscrire au Pôle Emploi, parce que mine de rien, personne ne paiera nos factures si on ne touche rien. Bah oui, plus de travail, c'est plus de salaire. Alors bon, déjà on est aigris de savoir que notre gentil patron il a beau bien nous aimer, en ce moment c'est la crise, « comprenez moi, je ne peux pas faire autrement. Vous comprenez une entreprise c'est comme une montgolfière … » (on connait tous la fin). Donc, direction Pôle Emploi, ou plutôt le téléphone, aujourd'hui ils sont over-surbookés, on ne rencontre pas un agent sans se faire enregistrer au téléphone et sans présenter un vrai papier avec une date de rendez-vous et tout et tout.

Quinze jours plus tard, vous avez enfin votre papier en main, et là, surprise... heureusement que le facteur vient de vous le donner, parce que c'est demain matin. 10h. Pas trop tôt, ils ouvrent pas avant 9h ! et oui, les 35h c'est aussi pour nos tendres amis du Pôle Emploi.

Premier rendez-vous, vous êtes sapés comme un sou neuf. Vos papiers bien classés pour bien montrer qu'on est motivé et prêt à l'emploi.

Ne vous inquiétez pas

La surprise elle vient après, ce jour là, vous serez heureux de savoir qu'après avoir effectué les 21 jour de carence obligatoire, pendant lesquels vous n'êtes pas payés, vous apprenez aussi, qu'à ça, vont s'ajouter les congés payés que votre patron vous à payés.

Oui ceux-là même que vous vouliez poser pour partir à Boca et qu'il vous à refusés. Du coup le petit voyage à Boca, il se fera à la maison parce qu'il va falloir vivre avec ça. Première déconfiture, le teint deviens gris, on commence à faire mentalement ses comptes, et on se dit qu'on aurait peut être du négocier plus avant de partir. La prime de licenciement aussi, il faut la déclarer ? Zut, finalement, je ne vais même pas me faire un peu de gras.

Ah oui, on commence à avoir les yeux qui piquent.

L'agent bien volontaire, nous rassure : « avec votre CV, ne vous inquiétez pas, vous retrouverez sans trop de difficulté. Au fait c'est quoi pilote de chantier ? Vous conduisez des engins si je comprends bien ... »

On sent bien que l'entretien va devenir encore plus pénible. Un agent spécialisé bâtiment qui ne sais déjà pas ce qu'est un pilote de chantier, ça part mal. Oui maintenant, pour plus de fluidité, le Pôle Emploi vous oriente vers des agents spécialisés dans votre domaine. Rien que ça. On se sent bien là. Finalement, les syndicats à l'époque avaient raison de faire grève et de dénoncer un manque de formation des agents spécialisés, mais bon, ils ont reçu huit jours de formation chacun. Quand même c'est pas rien !

Bien sûr, notre agent note l'ensemble de la discussion tel un criquet de la maison poulagua, il fait sa déposition en caractère d’imprimerie : « MLLE MACHIN A BIEN 2T2 INFORMEE DE SES DROITS ? ELLE PRESENTE BIEN ? SON CV EST LISIBLE ET A JOUR. ELLE COMPRENDS QU AU VU DE SON NIVEAU D ETUDE ELLE EFFECTUERA SES RECHERCHES PAR LE BIAIS DE SES PROPRES CONTACTS ET SE SOUOMETTRA REGULIEREMENT A DES ENTRETIENTS MENSUELS »

Les accents on les oublie, les fautes aussi. Et on comprend, qu'au delà du Bac, on ne comptera pas sur eux pour nous aider à trouver des entreprises qui seraient potentiellement intéressées par notre CV. D'ailleurs ça les arrange bien, parce que pilote de chantier chez eux, ça n'existe pas, ni coordonnateur.

Conducteur de crèche

Après ce premier entretient, vous attendez patiemment, d’être de nouveau convoqués, le mois suivant. Surprise, ce n'est pas le même agent, comme on nous l'avait promis. C'est le même cirque, et puis à la fin de l'entretien on vous signifie que vos recherches avancent bien, même si vous n'avez pas encore eu d'entretien, on ne vous re-convoquera pas.

En revanche, on à un petit stage à pas piqué des hannetons, on vous y a inscrit. Aller hop, stage petite enfance. Ça vous servira dans votre métier. Clin d’œil de l'agent (il me fait du rentre dedans, ou il est juste en train de me faire comprendre qu'il me fait une fleur ?). Tout ceci est très sérieux, si vous ne vous y présentez pas, vous serez radié. Oui m'sieur-dame, ça ne plaisante plus. « Comment ça, vous travaillez pas dans une crèche ? En même temps, si vous n'y mettez pas du votre … »

Tout ceci commence à donner mal au crâne, on se demande comment on va faire pour tenir la fin du mois. On fait appel à la CAF. L'autre nom magique des aides. Là, après avoir bien tout rempli comme il faut, on comprend que nous gagnons de trop. Normal, ils se basent sur les déclarations d'il y a deux ans, et y a deux ans, je me faisait le double de salaire. Snif... R.I.P mon super appartement.

Les impôts aussi, ils sont en train de nous tuer. Ils s'en fichent bien que vous soyez chômeur. Pourquoi ne nous prélèvent-ils pas mensuellement sur le calcul salarial du mois dernier et pas de l'an passé ? Re-snif...

Bon et puis c'est pas tout ça, mais les droits au chômage ça va un temps (vingt-quatre mois normalement). Après c'est RSA. Pour le calcul, j'espère que vous êtes armés de courage, parce même en réfléchissant bien, ça ne tombe jamais juste.

Alors, bon... on travaille comme on peut. Un peu de mi-temps par ci, un peu de mi-temps par là. Oui vous devenez vendeuse de prêt à porter, et ce n'est pas votre métier, mais ce n'est pas grave, il faut repousser la date d'échéance de vos droits, le plus possible. Un jour travaillé = un jour de plus de droits. On se rend bien vite compte qu'à ce train là, on ne vas pas résister très longtemps.

Je me demande encore, ce que l'on entend par profiter du système ? Pôle Emploi est une administration, qui vous accompagne dans vos recherches d'emplois. Sauf que ces derniers temps, c'est la catastrophe, comme on vous l'a dit, ils sont hyper over-surbookés. Du coup, la convocation mensuelle pour faire le point et vous aider, elle n'existe plus, parce que ça non plus, ils n'ont plus le temps.

On poursuit notre recherche solitaire d'emploi. On passe des entretiens. De temps en temps on reçoit un courrier du Pôle Emploi, pour nous signaler que nous n'allons plus sur leur site rechercher du travail et que par conséquent nous serons radiés, si on ne se bouge pas.

Alors on leur fait plaisir, on y retourne, et on ne trouve rien.

Finalement, l'ANPE, n'existe plus. Il ne reste de cette alliance que le Pôle Emploi qui n'occupe que le rôle de l'UNEDIC.

Nous espérons tous que Monsieur Sarkozy est content de son idée de fusion, parce que nous, demandeurs d'emploi, nous le sommes beaucoup moins.

L'aide à la recherche d'emploi n'existe plus, l'accompagnement personnalisé, n'a jamais fonctionné, le taux de chômage continue de progresser, les agents du Pôle Emploi sont en sous effectifs, et tous complètement dépassés.

Alors heureux ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée