Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Yovan Menkevick

Humeur : toi aussi joue avec les valeurs de la République, et deviens un post-charlie

La liberté de Manuel, c'est de lire Charlie Hebdo. Mas si tu n'aimes pas Charlie, et prends la liberté de le faire savoir, fais gaffe : tu risques de te retrouver devant un juge pour apologie du terrorisme. Alors, quand la Ministre de l'Education nationale vient expliquer qu'il faut faire respecter les valeurs de la République, par l'autorité si nécessaire, chacun est en droit de se questionner. Imposer des valeurs ? Par la force ?

Au Maroc aussi, ça déconne sec sur l'ambiance française. (journal, Al Watan Al Ane : "Les Français vont-ils faire renaître les camps de concentration d'Hitler pour exterminer les musulmans ?")

Soyons bien clairs : s'il est encore possible d'écrire ce que l'on veut sur Reflets, il n'est pas certain que la chose soit définitivement acquise. Il s'en est fallu de peu qu'un amendement de la Loi Macron ne vienne permettre la condamnation de tout journaliste dévoilant des secrets "d'affaires" dérangeants. En langage clair : nous avons failli être interdit de parler de ce que les entreprises aimeraient cacher à la connaissance du public. Il s'en est fallu de peu. Gardons à l'esprit, que, le plus souvent, ce sont les populations elles-mêmes qui demandent à ce que l'on réduise leurs libertés. Un récent sondage l'indique (51% pour la réduction des libertés en général, 36% contre), et l'histoire le démontre. C'est sur ce constat, que ce billet d'humeur (puisque c'en est un) s'est lancé, après avoir lu certains commentaires proférés sous un article intitulé "l'école autorise une seule liberté d'expression : celle de Najat". Ces commentaires ne peuvent être simplement ignorés ou écartés d'un revers de main. Ces commentaires sont… comment dire… inquiétants. Fâcheux aussi. Parce qu'ils révèlent de nombreuses choses, et l'une d'entre elles...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée