Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par bluetouff

Hadopi : le secrétaire général n'est plus en poste

C'est le nouvel épisode d'un truc que les internautes ne vont pas du tout apprécier, il s'agit du lancement d'une initiative visant à transformer HADOPI en un outil vraiment répressif, probablement bien aidé par le lobbying des ayants droit qui trouvait l'HADOPI un peu trop molle : pas assez de procédure, collaboration quasi inexistante à la constitution d'une offre légale et des pressions continues pour une riposte graduée plus ferme.

C'est le nouvel épisode d'un truc que les internautes ne vont pas du tout apprécier, il s'agit du lancement d'une initiative visant à transformer HADOPI en un outil vraiment répressif, probablement bien aidé par le lobbying des ayants droit qui trouvait l'HADOPI un peu trop molle : pas assez de procédure, collaboration quasi inexistante à la constitution d'une offre légale et des pressions continues pour une riposte graduée plus ferme.

L'HADOPI a été ces dernières années un laboratoire qui se positionnait aux premières loges pour mesurer l'effet de la catastrophique pression exercée sur les réseaux peer to peer, les seuls qui permettaient une saine économie du partage. La haute autorité a bien constaté une baisse de l'utilisation du P2P (il s'agit des fameux 35% de Nicolas Sarkozy, c'est ce qui permet à la commission de la protection des droits et à la présidente sortante de défendre son "bilan"), mais dans le même temps une augmentation proportionnelle de l'usage d'autres moyens, comme le direct download qui permet à quelques petits malins de s'assurer des revenus confortables sur le dos des auteurs.

 

L'HADOPI a très bien compris qu'il fallait se poser la question de reconnaitre une économie du partage pour ne pas contribuer comme elle l'a fait ces dernières années à alimenter une économie parallèle de la distribution des biens culturels. Un état de fait que la...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée