Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

Grosdidier, un sénateur bien casserolé

François Grosdidier, sénateur-maire de Woippy en Moselle, chiraco-juppéiste à tendance macrono-compatible, veut rempiler à la haute-assemblée. Message pour ses 2.910 grands-électeurs : c’est l’heure de s’informer ! Connaissent-ils la batterie complète de cuisine qui sonorise ses déplacements ? On commence par les ennuis récents.

Big

François Grosdidier, sénateur-maire de Woippy en Moselle, chiraco-juppéiste à tendance macrono-compatible, veut rempiler à la haute-assemblée. Message pour ses 2.910 grands-électeurs : c’est l’heure de s’informer ! Connaissent-ils la batterie complète de cuisine qui sonorise ses déplacements ?

On commence par les ennuis récents. Cet été en juillet, l’association Anticor a déposé un recours en Cassation pour demander une nouvelle fois à la Justice de se pencher sur les activités de François Grosdidier, lorsqu’il était député. En cause, sa réserve parlementaire qui a servi par deux fois en 2009 et 2011 pour un montant total de 160.000 euros, à financer l’association Valeur Ecologie, présidée par un certain Grosdidier François. Selon l’association de lutte anticorruption, il s’agit ni plus ni moins, d’une prise illégale d’intérêt et d’un financement illégal de campagne électorale. Selon elle, Valeur Ecologie ne sert en effet qu’à la promotion personnelle de l’élu. Toutefois, en première instance comme en appel, la Justice n’a rien vu de mal, estimant que « Valeur Ecologie a toujours eu une activité réelle en lien avec ses statuts ».

Sauf qu’Anticor n’en démord pas, un député ne peut pas faire verser l’argent de sa réserve parlementaire à une association qu’il préside. Anticor pose aussi des questions à la Justice : pourquoi Valeur Ecologie paie en plusieurs fois, entre novembre 2010 et septembre 2012, la somme de 32.000 euros « tout ronds » à l’...