Journal d'investigation en ligne
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

#Firechat : comme si Snowden n'avait jamais existé

Il y a trois ans environ, Reflets révélait qu'Amesys, une société française, avait mis sur écoute la Libye pour le compte du colonel Kadhafi. Nous passions alors pour de dangereux complotistes lorsque nous évoquions l'aspect particulièrement abject de ce deal : des opposants au régime politique local risquaient de se faire arrêter et torturer grâce à des outils bien français.

Il y a trois ans environ, Reflets révélait qu'Amesys, une société française, avait mis sur écoute la Libye pour le compte du colonel Kadhafi. Nous passions alors pour de dangereux complotistes lorsque nous évoquions l'aspect particulièrement abject de ce deal : des opposants au régime politique local risquaient de se faire arrêter et torturer grâce à des outils bien français. Aujourd'hui, des torturés sur la base de ces écoutes ont témoigné devant un juge qui enquête sur des faits de complicité de torture. Puis, Edward Snowden est arrivé. Il a mis en lumière, powerpoints à l'appui, l'étendue de la surveillance mondiale. Il est aujourd'hui impossible de se voiler la face : les gouvernements sont engagés dans une course à l’échalote. C'est à celui qui surveillera le plus, de la manière la plus intrusive. Mieux, les services s'échangent des métadonnées par camions. Un peu comme les Etats-Unis après 2001, opéraient des livraisons de détenus dans des pays où les autorités sont moins gênées aux entournures avec la torture, pour obtenir des "résultats". Lancer une application de messagerie comme Firechat n'a rien de condamnable. Le faire dans une ère post-Snowden, sans afficher des mises en garde sévères et multiples pour les pays fâchés avec les Droits de l'Homme, c'est au mieux irresponsable, au pire, pas loin d'être criminel. Se réjouir de l'utilisation de son application -que l'on sait sans chiffrement et laissant fuir des données personnelles - dans des pays à risques pour les opposants et s'en vanter sur son site est particulièrement troublant.

Créer une sorte de réseau social, fonctionnant en dehors des points d'écoute classiques, pourquoi pas. Monétiser d'une manière ou d'une autre cet outil, pourquoi pas... Mais afficher en clair tous les messages échangés entre les utilisateurs, y compris dans des pays dont tout le monde sait la volonté des autorités d'identifier les meneurs, d'éventuellement les arrêter, c'est faire preuve d'une singulière légèreté. Expliquer ensuite, une fois l'affaire éventée et les éventuelles mauvaises retombées en termes d'image en approche, que c'est tout à fait normal, que cet outil de communication est "comme Twitter" et que les messages sont publics, sans plus de réflexion, c'est aussi faire preuve d'une légèreté inquiétante.

Dans une ère post-snowden, mettre en valeur les retombées presse sur l'usage qui est fait d'une application (extrêmement intrusive en matière de privacy) dans des pays comme l'Irak ou Hong-Kong, c'est conforter les utilisateurs de ces pays sur l'intérêt de son produit.

Or, il est évident, y compris pour ses créateurs qu'au delà de l'intérêt éventuel et tout à fait discutable d'un tel outil, il y a d'énormes risques pour les opposants. Le fait d'inscrire sur son site ou de tweeter un message sur le fait que les conversations passent en clair n'est pas suffisant. Ce type d'alertes devrait figurer en rouge sur les pages où l'appli est téléchargeable.

En 2006, je co-écrivais (peut-être un peu trop tôt?) un dossier dans Le Monde 2 titré :

Internet : Staline aurait adoré

Nous sommes en 2014 et Edward Snowden, Amesys, Qosmos, Gamma, et tant d'autres, sont passés par là. Comment une entreprise, fut-elle une "startup Kikoulol 2.0" peut-elle être aussi négligente alors que des opposants dans des pays fâchés avec les Droits de l'Homme utilisent son produit ? Comment la presse peut-elle encore tomber dans le panneau de "la belle histoire" ? Autant de questions auxquelles je n'ai pas de réponses.

 

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée