Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Fabrice Epelboin

Fillon balance les blackOps internet de l'UMP

Souvenez vous : l'armada numérique de l'UMP avait fait, durant la campagne présidentielle, les gorges chaudes de nombreux internautes. Disparitions mystérieuses d'une multitude de comptes Twitter, lancement de rumeurs intempestives, et j'en passe... bref : l'infowar, c'est maintenant.

Souvenez vous : l'armada numérique de l'UMP avait fait, durant la campagne présidentielle, les gorges chaudes de nombreux internautes. Disparitions mystérieuses d'une multitude de comptes Twitter, lancement de rumeurs intempestives, et j'en passe... bref : l'infowar, c'est maintenant.

A l'époque, personne n'y trouvait quoi que ce soit à redire au sein de l'ex parti de la majorité, et il a fallu attendre que ce même dispositif soit utilisé pour les guerres internes du parti pour que l'ex premier ministre lève le voile sur l'un des outils utilisé par l'UMP pour manipuler l'opinion sur internet : une mystérieuse "machine" a voter, évoquée par François Fillon sur Canal+.

En guise de "machine", un petit script qui, alternant les proxies pour simuler une multitude d'utilisateurs, vote en masse sur les divers sondages proposés par les médias en ligne afin de donner l'impression - dans le cas évoqué par Fillon - que Jean François Copé est le préféré des Français pour prendre la tête de l'UMP.

En infowar, on appelle cela de l'astroturfing : un ensemble de techniques utilisées pour donner l'impression au grand public d'un mouvement de masse dans l'opinion publique, tablant soit sur le comportement moutonnier des foules censées suivre le troupeau, ou utilisés, en phase initiale, pour légitimer une position ou une proposition, afin d'étayer une solution miracle à un problème...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée