Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par bluetouff

FIC2014 : ces administrations françaises qui livrent ce que vous avez de plus intime à des tiers…

Alors... rien à cacher ? La collecte de données statistiques est quelque chose d'important pour de nombreux sites web qui tirent un revenu direct de leur fréquentation, en vendant de l'espace pour de la publicité ou en monétisant les contenus. Obtenir des statistiques fines, en temps réel, sur un site à fort trafic, c'est couteux en terme de ressources.

Alors... rien à cacher ?

La collecte de données statistiques est quelque chose d'important pour de nombreux sites web qui tirent un revenu direct de leur fréquentation, en vendant de l'espace pour de la publicité ou en monétisant les contenus. Obtenir des statistiques fines, en temps réel, sur un site à fort trafic, c'est couteux en terme de ressources. Aussi, nombreux sont les sites qui font confiance à un tiers qui traitera de manière externe ces statistiques au lieu de venir massacrer une pauvre base de données SQL en comptant chaque clic en temps réel.

Pourquoi des statistiques ?

Si sur un site de presse, la collecte de statistiques trouve des explications légitimes,  il existe des sites web sur lesquels cette collecte est difficilement justifiable : les administrations. Et cette collecte le devient encore moins quand elle a recours à un service comme Google Analytics qui traque les utilisateurs sur des millions de sites web. Des lecteurs (ou pas) de Reflets s'étaient d'ailleurs délectés de faire tourner le screenshot de la honte attestant que Refletsutilisait Google Analytics et des trackers de réseaux sociaux... d'ailleurs depuis Reflets n'a plus de stats, ni même de boutons de partage. C'est vrai... hurler qu'un site de presse utilise des trackers permettant de compter le nombre de tweets ou de visites, c'est très choquant. Dans quelques lignes, vous allez avoir une raison un peu plus sérieuse de vous...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée