Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Et s'il y avait un enseignement indicible à tirer du résultat des cantonales ?

Alors comme ça, le parti de Marine Le Pen deviendrait « fréquentable » ? Alors comme ça, les électeurs UMP « préfèreraient l’original à la copie » ? Vraiment ? Ce ne serait que cela, ce qu’il faudrait retenir du scrutin des cantonales ? Et s’il y avait autre chose ? Autre chose d’indicible, de plus dur à accepter ?

Alors comme ça, le parti de Marine Le Pen deviendrait « fréquentable » ? Alors comme ça, les électeurs UMP « préfèreraient l’original à la copie » ?

Vraiment ?

Ce ne serait que cela, ce qu’il faudrait retenir du scrutin des cantonales ?

Et s’il y avait autre chose ? Autre chose d’indicible, de plus dur à accepter ?

Et si il y avait en France toujours la même proportion de racistes de base, les mêmes qui sous Vichy applaudissaient la grande œuvre teutonne, qui dénonçaient les Juifs, qui sous le général De Gaulle vomissaient les « bicots ». Les mêmes qui depuis que le FN existe, forment son cœur d’électorat, quelque 15% environ des votants ?

Et si quelque chose avait profondément changé. Quelque chose d’autre, de bien pire. Et si, avec la décomplexitude érigée en mode de comportement ultime, la droite traditionnelle était devenue une droite extrême ? Si les membres de la Droite Libre (Atlantico) avaient gagné ? S’ils avaient pris le dessus, dans le sillage tracé par Nicolas Sarkozy, l’homme qui ne voit jamais de raison de s’excuser de quoi que ce soit ? Si les membres du courant de « la droite populaire » avaient imposé leurs idées ? Et s’il était désormais normal que tous les ministres de l’Intérieur soient poursuivis par des (forcément) ennemis de la « liberté d’expression » pour leurs propos racistes ?

Et si en fait l’UMP n’était plus aujourd’hui qu’un autre Front National ?

Ca nous fait pour cette élection cantonale 19,3% (UMP) plus 15,56 % (FN), soit 34,86% de votes d’extrême droite en France.

Pas mal. Non ?

Dans ce cas, il faut l’avouer, Reflets.info va devenir un petit village gaulois (humour) peuplé de la multitude humaine, des noirs, des arabes, des jaunes, des juifs, des bouddhistes, des gays, de tout ce qui compose l’arc en ciel de l’humanité, ceux qui font si peur à ces 34,86%. Nous serons là, pour rappeler qu’il n’y a pas de franco-musulmans, pas plus que des franco-chrétiens, ni de franco-crétins, ni de franco-juifs, ni de franco-quelque chose. Il y a peut-être des Français, et encore. Ceux-là sont composés de mille facettes importées de tous les pays de la planète qui est si petite.

Et si… Et si, ceux qui ne voient pas de différence entre ceux qui prient Allah dans la rue, ceux qui se trimbalent habillés de pourpre et le crâne rasé, ceux qui défilent dans les rues avec des statues de Marie, de Jésus ou de n’importe quelle idole faisaient entendre leur voix ? Ceux qui même ne croyant en aucune d’elles, respectent et ne se sentent en rien agressés par ces croyances ? Ceux qui ne voient pas de différence entre les bonnes sœurs voilées des pieds à la tête qui se promènent dans le très chic parc de Saint-Cloud et les femmes voilées de noir ? Qui n’approuvent pas forcément le comportement des unes ou des autres, mais qui leur foutent la paix à laquelle chacun à droit ? Viennent-elles, ces bonnes sœurs, ces femmes, éructer sans cesse à la télévision ou à la radio que la mode actuelle est incompatible avec la République ?

Et si nous leur disions à ces 34,86 % racistes et intolérants que nous ne sommes pas des « français de souche », que nous ne sommes que des êtres humains. Que les autres ne nous font ni peur, ni ne nous dérangent. Si nous faisions assez de bruit pour couvrir leurs cris de haine ? Avec de la musique colorée, avec des paroles de paix, de tolérance, d’espoir ? Si au lieu de garder pour nous notre indignation, nous la disions haut et fort ?

L’écriture de cet article a été accompagné musicalement de :

Ayo (I’m gonna dance)

Avishai Cohen (Shalom Aleichem)

Fairouz (Li Beirut)

La Blanche (La mort à Johnny, Le Forcené)

Rachid Taha (Voilà, voilà)

et quelques autres.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée