Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

Entre connerie et débat d’idées, impossible de choisir : la droite décomplexée veille

On avait commencé à voir à quoi ressemblerait la campagne 2012 avec l’affaire Strauss-Kahn. Où se trouvait le débat d’idées ? Dans des pages et des pages sur une pathétique affaire de relation sexuelle, consentie ou pas, le problème n’est pas là. Le débat d’idées se résumait à des centaines d’articles sur « l’affaire ». Et pourtant…

On avait commencé à voir à quoi ressemblerait la campagne 2012 avec l’affaire Strauss-Kahn. Où se trouvait le débat d’idées ? Dans des pages et des pages sur une pathétique affaire de relation sexuelle, consentie ou pas, le problème n’est pas là. Le débat d’idées se résumait à des centaines d’articles sur « l’affaire ». Et pourtant… La faillite du capitalisme, l’Europe au bord du gouffre, les Etats-Unis au bord du gouffre, Fukushima au bord du gouffre, des relations internationales au bord du gouffre, tout est à reconstruire d’urgence. Et que disaient les journaux ? Qu’une chambre d’hôtel, qu’un dîner de pâtes aux truffes, que… Rien.

Rien, mais sur des centaines de lignes.

Ami citoyen, les choses s’améliorent. L’affaire en question est quasiment derrière nous et voici enfin le débat d’idées. Comment reconstruire une économie mondiale ? Comment sortir du nucléaire sans trop de casse ? Comment aider les pays arabes à entrer dans une démocratie un peu plus sûre ? Comment forcer les autres dictateurs à lâcher le pouvoir ? Comment organiser nos sociétés autour d’une croissance durable ? Comment museler les marchés financiers ? Comment enlever définitivement ce pouvoir usurpé à la finance internationale ? Tout cela allait venir.

Et puis non.

Ce qui est venu, c’est le visage habituel de la droite décomplexée. Eva Joly a évoqué le remplacement du défilé du 14 juillet par un défilé citoyen. Et que croyez-vous qui se passa ? Les politiques discutèrent-ils de ce sujet totalement insipide ? Non. La droite décomplexée se lâcha une fois encore.

François Fillon, la « caution morale » du sarkozysme en premier : « je pense que cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française ». Manière de dire : « Eva Joly ? Elle n’est pas très française ». Et pourtant, ancienne magistrate, elle est française depuis cinquante ans. Mais qu’importe. Le débat d’idée, se résume à un « casse toi pauv’conne, en plus t’es pas française ». On s’améliore.

La droite populaire, mutation de la Droite Libre d’Arnaud Dassier et Alexandre del Valle, qui a pris le relai pour ce qui est des passerelles entre l’UMP et le FN (on dit ce que dit le FN, mais avec une étiquette UMP) a lancé ses pit-bulls. « L’esprit munichois souffle sur ces déclarations dégoulinantes de bêtise », des déclarations dans la ligne, paraît-il, « de cette gauche pacifiste héritière de Maurras, qui s’est retrouvée à Vichy, avec le slogan « la terre ne ment pas » », Eva Joly s’est bien entendu retrouvée dans la catégorie des « anti-France ». La droite populaire, avec l’approbation silencieuse de Nicolas Sarkozy, élève le débat, c’est désormais une certitude.

Il faudra plusieurs générations pour reconstruire ce qui a été détruit par cinq ans de sarkozysme, de droite « décomplexée ». Reconstruire un contrat commun, une solidarité, remettre un peu de neurones dans la politique, éradiquer autant que possible les « salopes », les « casse toi pov’con », les réflexions décomplexées qui nous enfoncent chaque jour un peu plus. Remiser les Rolex au placard pour ramener de la solidarité.

Le meilleur pour la fin, ami citoyen… Si tu comptais sur la gauche pour élever le débat, c’est raté. Elle aussi est montée sur ses grands chevaux à l’idée que l’on puisse mettre un terme à la démonstration phallique du 14 juillet.

Comment sortirons-nous de la spirale catastrophique des plans d’austérité ? Comment sortirons-nous du nucléaire ? Comment mettrons-nous un terme aux dictatures à qui l’on vend des armes de toutes sortes ? Comment musèlera-ton les marchés et la finance ? Comment détruirons-nous les paradis fiscaux ? On ne le saura pas.

Cette campagne s’annonce passionnante… Et l’avenir… Radieux.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée