Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Engagez-vous, ou la énième rupture

Que faire contre le terrorisme ? De grandes déclarations creuses ? Continuer de foncer dans le mur en klaxonnant ? Décidément, l'exécutif n'en est pas à une erreur près. Mais ce qui est le plus troublant, c'est cette propension à jeter de l'huile sur le feu. Alimenter la haine qui monte. Bien entendu, ceux qui ont allumé le feu sont à chercher du côté de Daech. Nul ne le contestera. Mais tout de même...

Que faire contre le terrorisme ? De grandes déclarations creuses ? Continuer de foncer dans le mur en klaxonnant ? Décidément, l'exécutif n'en est pas à une erreur près. Mais ce qui est le plus troublant, c'est cette propension à jeter de l'huile sur le feu. Alimenter la haine qui monte. Bien entendu, ceux qui ont allumé le feu sont à chercher du côté de Daech. Nul ne le contestera. Mais tout de même... Sans vouloir expliquer, ce qui serait sans doute aux yeux de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve un indice de radicalisation de notre part, il n'est pas inutile de faire quelques petits retours en arrière.

Remontons en 2001.

Les attentats de septembre marquent le premier virage des Etats-Unis. Une lente descente aux enfers hors de la voie de la Démocratie. Une marche forcée vers un Etat policier ayant désormais quelques attributs d'une dictature.

Les attentats de septembre 2001 marquent un virage qui permet aux Etats-Unis de déclarer une guerre "préventive". Ce qui ne s'était pas vu depuis la deuxième guerre mondiale quand Adolphe Hitler avait popularisé ce concept. L'idée, c'est plus ou moins "je t'attaque parce que si je ne le fais pas, tu risques de m'attaquer dans un avenir plus ou moins proche". On comprend aisément que cette doctrine peut amener des situations avec lesquelles on peut être plus ou moins d'accord selon le côté duquel on se place. Des gentils occidentaux qui attaquent un...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée