Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par bluetouff

E-Archéologie : les ruines numériques de l'UMP à l'ère post Bygmalion

De temps en temps sur Reflets, nous aimons revenir à postériori sur des dossiers qui nous ont fait pisser quelques pixels... les "cold cases". Ce qu'il y a de bien avec les "cold cases" de l'UMP, c'est qu'il n'y a souvent même pas besoin de les passer au microondes pour les resservir chauds bouillants. Et comme on se sentait un peu l'âme de cyber archéologues la nuit dernière, nous sommes allés déterrer le cold case Bygmalion.

De temps en temps sur Reflets, nous aimons revenir à postériori sur des dossiers qui nous ont fait pisser quelques pixels... les "cold cases". Ce qu'il y a de bien avec les "cold cases" de l'UMP, c'est qu'il n'y a souvent même pas besoin de les passer au microondes pour les resservir chauds bouillants. Et comme on se sentait un peu l'âme de cyber archéologues la nuit dernière, nous sommes allés déterrer le cold case Bygmalion.

À l'époque du battage médiatique autour du volet financier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy pour lequel les facturations de prestations imaginaires de l'UMP par Bygmalion sont probablement qu'un amuse-gueule, nous avions retrouvé une soixantaine de sites réalisés par l'agence de communication hipster-active des jeunes qui n'en veulent de l'UMP.

Reflets vous propose donc aujourd'hui un circuit cyber-touristique tout compris, avec des destinations qui vous feront rêver, ou hurler. Les vestiges de Bygmalion, vous allez le voir, sont fascinants. Vous pouvez évidemment faire vos propres recherches si celles-ci ne tuent pas toute la planète... ah.. et évitez de vous maintenir dans un espace public également, vous avez le doit à une seule page par domaine (2 pages = paff maintien frauduleux dans un espace public), on sait jamais.

C'est parti...

Chez Jean François Copé, on est passé de ça

à ça ...

C'est un poil plus austère

À Levallois, il n'y a plus de pilote... C'est vrai qu'à force de placer tout le monde en garde à vue, il ne reste plus grand monde, ni à Levallois, ni chez Bygmalion pour s'occuper des sites web... Au coeur de Levallois, qui s'employait à expliquer, il y a peu, les finances toutes propres de la ville, aurait pu nous régaler d'éditions spéciales en ce moment...

Mais ça c'était avant :

Maintenant, à Levallois, ça se passe comme ça :

S'il n'y avait eu qu'une seule erreur de produite à Levallois.... mais oh oui, mets moi en mode debug s'il te plait

Chez les jeunes actifs de l'UMP, il y avait des cyber-rave-parties intergalactiques avec du Nadine Morano dedans qui guinchait avec les djeunz en se ridiculisant dans un pathétique mais tellement drôle lipdub... et bien tout ça, c'est terminé.

La disparition qui m'attriste le plus

Et puis il y a l'un de mes préférés de Bygmalion, le site La Dépense Publique... bah oui, ça ose tout vous comprenez... Bygmalion a signé un site sur la dépense publique, un sujet sur lequel personne ne pourra nier l'expertise de l'agence. On sent bien que Bygmalion a essayé de faire un truc à l'époque. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, voici ce qu'il en reste :

Au moins là, il coûte moins cher et le nouveau theme graphique passe le validateur du W3C au poil

Le site de Laurence Parisot a lui été rayé de la cyber carte. À ce jour nul homme sur terre n'a idée de ce qui a pu provoquer l'extinction de l'espèce du site. Les adeptes de la théorie des anciens astronautes seraient remontés jusqu'à un certain IFOP qui aurait la jouissance du domaine jusqu'en décembre 2015. Le site de Laurence Parisot, Web Archives est formel, est un site qui a bien existé, et Bygmalion l'a bien monitoré à coup de Google Analytics à une époque.

Avant, c'était comme ça

Mais ça c'était avant...

Maintenant, ça ressemble à ça.

Le site "Professions libérales 2012" à l'époque de sa splendeur, c'est à dire avant qu'il ne soit cybersquatté, ressemblait à ça

À l'ère post Bygmalion, ça donne, un petit cours de SEO pour les nuls :

Le site Adroitetoutes.fr, une autre réalisation de Bygmalion ressemblait à ceci avant :

Maintenant, ce site fait l'objet d'une redirection vers une boutique en ligne de godasses... le coup de pompe. Le domaine a été redéposé par un certain Ano Nymous chez un registar de Nassau.

Du côté des intéressés eux mêmes, ce n'est pas plus reluisant :

Le site de l'agence répond aux abonnés absents

Le site de Doxeo, filiale de Bygmalion

Petit rappel :

Les partis politiques touchent des subventions assez rondelettes, ces subventions ce sont vos impôts, ces ruines sont donc pour certaines un peu les vôtres.

Bref...

On va arrêter le massacre ici, ça ne sert à rien de tirer sur de la viande froide.

Alors à quoi sert cet article ? On va être clair, il ne va servir à rien, nos prédictions vont se réaliser un moment ou l'autre, on vous dira "on avait raison, on vous avait prévenu vous n'avez rien fichu".

Il servira peut être un ancien client de l'agence à connecter deux neuronnes pour se poser les questions suivantes :

  • Un site web en "maintenance" se met-il à jour tout seul ?
  • Un serveur dédié OVH se met-il à jour tout seul des dernières vulnérabilités critiques de ces dernières semaines (on pense à shellshock, ou aux bundles OpenSSL...) ?
  • Pourquoi laisser en ligne des données (fichiers et base de données), d'applications qui ne sont plus maintenues et qui contiennent surement encore quelques données intéressantes pour des personnes mal intentionnées, comme des mots de passe.

On pourrait déplorer le manque de vision globale d'une entité comme l'UMP qui est par définition habituée à manipuler beaucoup de données personnelles. Mais quand on voit le chantier apocalyptique laissé dernière l'implosion de Bygmalion, une fois de plus, on doute de la capacité du parti à prévenir les cyber-mandales que les uns et les autres aiment se filer à la veille d'une campagne électorale.

En l'état actuel des choses, la boule de cristal de Reflets vous annonce encore un psychodrame numérique à l'UMP à horizon 2 mois. A moins que l'un des cadres du parti nous lise ... ET SE SORTE LES DOIGTS DU CUL pour faire migrer ou fermer complètement les services anciennement hébergés par Bygmalion.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée