Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par drapher

Démocratie fissurée : chroniques d'un mauvais élève de la République (2)

Taux de chômage de 1968 à 2010 L'OMC est créée l'année du décès de Kobain, et donc de Nirvana. Coluche ou Desproges ont été remplacés par… Pierre Palmade et Murielle Robin. Ou Jean-Marie Bigard. Je regarde de temps en temps chez l'arrière grand mère de mon premier fils, ces pathétiques tentatives arrivistes de ces pseudo artistes de faire rire le bon peuple avec leurs propres travers.

image
image
Dernier concert punk des Bérus, les derniers punks, en 1989 : "Nuit Apache". Leurs remplaçants en 2016 s'appellent Benjamin Biolay ou Fauve. Comment en est-on arrivé là ?

La ré-élection de "Tonton" contre Chirac en 1988, est un moment amusant, presque décalé. Le Pen est déjà sorti du bois depuis les Régionales de 86 et notre manière à nous, une bande de potes un peu hasardeuse, de participer à cette mascarade, se fait en couvrant tous les murs de la ville un peu visibles, d'un personnage passé à la bombe noire, au pochoir. C'est une tête de punk commandée à un pote graphiste, avec une crête, un gros joint dans la bouche, et en dessous, un slogan : "Votez Le Pet". L'un d'entre nous ira même jusqu'à en bomber un sur le mur du commissariat. Nous sommes hilares. Mais inquiets, au fond. Parce que la population des "Français sérieux", les électeurs, salariés, artisans, commerçants, etc, semblent devenir un poil plus hargneux que quelques années auparavant. A moins que ce ne soit nous qui nous en rendions plus compte, parce qu'arrivant à l'âge adulte ? ▶ 3:25 https://www.youtube.com/watch?v=8yapXaWsZ9g

88, c'est Robocop : un film bien merdique (comparé à Terminator deux ans avant qui nous avait défrisé) et pourtant amusant, qui annonce l'avenir tout en voulant dénoncer les risques du "fascisme technologique". 28 ans plus tard, les robots tueurs existent et le principe de déléguer des tâches de sécurité publique à des machines autonomes fait son chemin aux Etats-Unis. En 88 il y a les "Béruriers noir", à l'apogée de leur gloire, et cette jeunesse de plus en plus déboussolée qui sent bien que quelque chose est en train de vraiment basculer, que la rue va bientôt redevenir ce qu'elle était quelques décennies auparavant : un espace contrôlé et — certainement désormais —aseptisé.

Même en Chine, la jeunesse lève le poing

Le monde bipolaire de 1989 se fissure sans que personne ne s'y attende. Les cafés enfumés sont encore plein de monde, de générations qui se croisent. Tu peux alors te taper un flipper tout en écoutant la discussion politique de comptoir et donner ton avis en participant à la création du nuage de fumée qui recouvre l'endroit. Tout le monde s'en branle de l'hygiène, de la santé, parce que tout le monde sait qu'il va crever tôt ou tard, et que quelque part, les punks agonisants n'avaient pas tort : "No future". A Paris, les bandes de Zoulous cassent du crâne rasé à grands coups de boxe taï, en province ça se cogne parfois sévère entre les derniers représentants à crête colorée du doigt levé contre la société de consommation, de prédation, de conservation, et les immondes sbires chauves du renouveau fasciste. Avoir des Rangers en 1989 peut servir. À prendre des coups, mais à en balancer aussi.

Les derniers groupes de musique contestataires s'éteignent, des nouveaux, plus poétique dans leur rage, apparaissent, dont celui de Bertrand Cantat : Noir Désir. J'apprends par la radio que sur une place chinoise des milliers de jeunes gens défient le pouvoir communiste, qu'un type a même réussi à faire reculer un char d'assaut, tout seul. Il se passe quelque chose. La photo est en une de tous les journaux.

Les Cure sont en pleine désillusion, Robert Smith ressemble de plus en plus à une chouette ombrageuse, Chirac est premier ministre, la modernité fantasmée des années 80 se pare des couleurs de l'arc en ciel. Les Macintosh ouvrent des horizons incroyables pendant que le Minitel passe en 16 couleurs…

Un mur, un putsch, et ça s'accélère

Le mur de Berlin tombe à l'automne 89. Tian'anmen a été réprimée, je m'écoute en boucle le premier disque vynil des Fishbones en me demandant comment tout ça va tourner.

https://www.youtube.com/watch?v=ANDZEoHMOOU

Je le saurai un an et demi plus tard avec la première guerre d'Irak. Un truc de dingues, inimaginable à l'époque, qui a saisi tout le monde. Une propagande incroyable aussi, qui fonctionne à merveille. L'URSS n'est pas encore redevenue la Russie, même si on entend qu'elle est en train de franchement se casser la gueule. Personne ne sait s'il faut s'en réjouir ou non. Les Américains restent des gens inquiétants, eux aussi, parce qu'on les connaît mieux que les soviétiques mais que tout le monde a été prévenu par le type à casquette (qui les connaissait de la seconde guerre mondiale) et qui a demandé par référendum 20 ans plus tôt s'il devait partir ou non : ces gens [les yankees] sont dangereux, ne jamais les laisser prendre le dessus chez nous.

La première guerre d'Irak est un moment vraiment dur. Je repense à "Neuromancien" lu quelques années plus tôt et "1984" (bien plus tôt, au début des années 80) et me dis que si des millions de personnes passent leurs soirées à regarder des petits traits verts filer sur un écran noir en stockant du sucre et de la farine dans leurs arrière-cuisine, tout en étant convaincus que la guerre peut être chirurgicale, ça va être compliqué. L'URSS n'est plus, on apprend qu'un type rougeaud a putsché Gorbatchev, c'est dingue. 1991, l'année où le monde bascule une première fois. Certains se réjouissent, d'autres se demandent quand même ce que ça va donner. Mais au fond, on a passé tellement d'années avec la crainte que les deux grands ennemis ne pulvérisent la planète, qu'au fond, on est tous contents.

Le chômage, l'OMC, les PC, Kurt Kobain, le net et… Chirac

Kurt Kobain représente la dernière cartouche de la résistance à la connerie bourgeoise, au recouvrement de la société par la seule quête du confort matériel et la disparition des idéaux. Il se suicide en 1994, et ma jeunesse avec. C'est foutu, ils ont gagné me dis-je. Parce que désormais, sur les ondes, c'est fini. Dans la rue, aussi. Ca commence à se figer. Pas entièrement, puisqu'il y a encore des gens qui discutent, se fâchent, picolent, revendiquent, mais sur quoi au juste ? Le chômage est au même niveau qu'en 2016, plus de 10%, et visiblement les efforts des médias et des politiques pour asséner cette statistique portent leur fruit : tout le monde ne parle que de ça. Et du Sida qui est devenu "cause nationale". Baiser fait crever, travailler c'est crucial surtout qu'il n'y a plus [ou presque] de travail.

image
image
Taux de chômage de 1968 à 2010

L'OMC est créée l'année du décès de Kobain, et donc de Nirvana. Coluche ou Desproges ont été remplacés par… Pierre Palmade et Murielle Robin. Ou Jean-Marie Bigard. Je regarde de temps en temps chez l'arrière grand mère de mon premier fils, ces pathétiques tentatives arrivistes de ces pseudo artistes de faire rire le bon peuple avec leurs propres travers. Comme si s'identifier à ces petits bourgeois plus ou moins vulgaires, qui détaillent leur manière de manger, recevoir des invités ou pratiquer le racisme (pour Bigard) au second degré (paraît-il) était devenu un loisir acceptable. Le rire coincé. De la petite bourgeoisie empruntée et… bourrée d'emprunts.

1994 : je découvre gopher et http. Ça scotche. Alors comme ça il y a un réseau mondial d'information auquel on peut se raccorder avec un ordinateur ? Je prends. Je regarde le Minitel comme une pure escroquerie gouvernementale. Ce qu'il est.

En 1995 Chirac est élu avec comme slogan "mangez des pommes". On atteint des sommets de médiocrité. Tout en découvrant définitivement que Mitterrand était un Machiavel moderne, une ordure mégalomane qui a bien endormi les croyants du "dogme progressiste de gauche". Ce type aura en fait effectué des changements "positifs et progressistes" pendants 3 ans aidé des communistes, puis totalement tourné sa veste pour organiser le monde de la finance-reine, du libéralisme décomplexé, de l'Europe supermarché des multinationales. Le vote de 1992 sur Maastricht était une belle escroquerie. L'Europe des peuples ? Des banques et des fusions de groupes, plutôt, oui. Les PC commencent à arriver dans certaines maisons. Pas beaucoup. Il y a du MS-DOS/Windows dessus. C'est laid et ça plante pas mal. Mais Win95, voulu comme la copie de l'interface du Mac arrive (MS-DOS est caché dedans, on ne le voit plus). Houhouhou : tu peux jouer avec avec — une fois que tu as résolu les conflits d'IRQ — mais c'est chiant.

Sans réseaux sociaux, sans smartphones ils se mobilisent !

Un truc dingue survient en 1995, comparé à aujourd'hui : une super grève paralyse le pays contre la réforme de Juppé le martial qui veut péter le système de retraite. Sans aucun outil numérique la grève, les manifs. Comme quoi, même à la préhistoire, les gens arrivaient à échanger et se mobiliser. La "fracture sociale" que Chirac voulait résorber durant la campagne n'a pas mis 6 mois à être oubliée. La TVA a augmenté. Les médias ne parlent que de chômage et de déficit public. Le grand manège politique propagandiste a commencé, mais ça résiste encore. Plus bien longtemps, pour une raison simple : la globalisation des échanges menée à fond de train par l'OMC et les institutions européennes qui préparent l'arrivée de l'euro, sont en pleine effervescence.

La musique, le cinéma, agonisent doucement. Les cafés se vident pas mal : il n'y a presque plus de jeux vidéo et de flippers dedans. On peut encore fumer et faire un peu chier les autres, mais on sent bien que ça ne va pas durer.

Et ça ne va pas durer…

1 Commentaire