Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par drapher

Démocratie fissurée : chroniques d’un mauvais élève de la République (1)

Le projet n’a rien d’ambitieux, mais il m’amuse : raconter, sur une période de 30 ans, la disparition progressive de tous les idéaux politiques français (et autres…) doublé de l’écroulement de la démocratie. Cet exercice, ô combien subjectif, passe par le filtre des rencontres, expériences, voire « aventures » d’un informaticien, musicien  et écrivain devenu journaliste, qui n’a jamais voté, mais a toujours cru bon de chercher à comprendre la société qui l’entoure, voire la changer : moi.

illustration-chronique-demos-fissuree
illustration-chronique-demos-fissuree

Le projet n’a rien d’ambitieux, mais il m’amuse : raconter, sur une période de 30 ans, la disparition progressive de tous les idéaux politiques français (et autres…) doublé de l’écroulement de la démocratie.

Cet exercice, ô combien subjectif, passe par le filtre des rencontres, expériences, voire « aventures » d’un informaticien, musicien  et écrivain devenu journaliste, qui n’a jamais voté, mais a toujours cru bon de chercher à comprendre la société qui l’entoure, voire la changer : moi. La stupidité n’est pas l’apanage des puissants, et les erreurs sont humaines.

Je fais partie de ceux qui se comptent comme responsables de « l’état du monde », puisque ayant participé, par force, à mon niveau, à son changement. Ayant en plus jeté dans l’arène du monde deux individus issus pour moitié de mes gènes, et désormais adultes, je ne me vois pas leur dire que je n’ai "aucune responsabilité dans tout ça". Après tout, j’ai participé à la construction d’un modèle de société… ou oublié de le faire…?

30 ans « d’activité humaine autonome » (hors du foyer parental), c’est une bonne période pour faire le bilan. Pas le mien directement, mais celui de la société dans laquelle je vis. Cette république vacillante, la démocratie française, fissurée… et au bord de s’écrouler. Comment en sommes-nous arrivés là ?

La mort de Coluche, de Desproges : quelque chose change radicalement

C’est étrange, mais la mort de...