Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Édito
par drapher

Décodex : quand Le Monde s'habille en Pravda

Certains anti-Decodex y vont un peu fort, c'est vrai. Avec peut-être des idées derrière la tête pour une partie d'entre eux. Mais quand même, c'est drôle, non ? Décodex est un "grande aventure" instiguée par les décodeurs du monde, ces journalistes qui estiment que le fact-checking serait le Saint Graal du métier. Avant de parler du gros machin stalinien du Monde©, parlons du fact-checking.

Certains anti-Decodex y vont un peu fort, c'est vrai. Avec peut-être des idées derrière la tête pour une partie d'entre eux. Mais quand même, c'est drôle, non ?

Décodex est un "grande aventure" instiguée par les décodeurs du monde, ces journalistes qui estiment que le fact-checking serait le Saint Graal du métier. Avant de parler du gros machin stalinien du Monde©, parlons du fact-checking.

Le principe du fact-checking est simple, voire simpliste : vous prenez les informations (des autres publications, c'est plus simple et votre actionnaire ne vous en voudra pas), et vous vérifiez "par les faits", les affirmations qui y sont contenues. Une déclaration chiffrée d'un responsable politique, par exemple, est soumise à la sagacité des journalistes fact-checkers qui la mettent en abîme avec une statistique officielle. De la même manière, des montants financiers, des dates, des noms, des lieux, des estimations peuvent être passés au crible de la vérification "factuelle".

Ce procédé, qui en réalité, est l'une des compétences normales du journaliste, se retrouve donc — par la grâce des spécialistes en "augmentation" du journalisme — mis en avant comme une nouveauté incontournable, une sorte de hochet scientifique de la sphère médiatique lui redonnant un sérieux et une crédibilité quelque peu dégradés. Un peu comme si un spécialiste en sécurité des réseaux annonçait qu'il se spécialisait dans la publication de rapports sur les failles informatiques permettant de pénétrer les SI dont il a la responsabilité. Son employeur lui répondrait sans doute : "On est content d'apprendre que tu fais ton travail, de là ce que tu nous vendes ta seconde compétence comme une spécialité distincte, qui amènerait un "plus" indéniable, c'est un peu gonflé, Coco".

Mais la comparaison s'arrête là, puisque le fact-checking journalistique a ses limites, et ceux qui en ont fait leur niche ne semblent pas toujours s'en rendre compte. L'une de ces limites est l'impossibilité, sur certains sujets, de vérifier toutes les données "concrètes", alors que des enquêtes, des documents, peuvent pourtant laisser entendre une réalité en cours très établie, mais "non-factuelle".

Le factuel est binaire : soit les faits sont là, soit ils n'y sont pas. L'affaire IOL (lire nos articles à ce sujet) est parfaitement révélatrice de la limite de ce procédé du vrai-faux : Reflets a des documents qui indiquent l'achat par le gouvernement français d'un système de surveillance sur le territoire national depuis 2009, confirmé par des sources très bien placées et une loi qui vient enfoncer le clou. Mais il n'est pas [encore] possible de vérifier factuellement le niveau d'activité d'IOL, quelle taille le dispositif a atteint, etc. Ce qui est certain, par contre, c'est qu'IOL est dimensionné — sur le papier gouvernemental, ce qui n'est pas rien — pour permettre l'interception des communications Internet de n'importe lequel des millions d'internautes français. Au passage, une question au gouvernement a été posée au sujet… d'IOL (relayée par nos confrères de NextInpact, merci à eux). Des fact-checkers ont pourtant traité ce sujet, et ont conclu, par la "vérification des faits", qu'il n'y a avait pas de surveillance "de masse" en France (coucou @manhack).

Dans le cas des révélations Snowden, de la même manière, aucun fait établi et factuel des systèmes d'écoute globale de la NSA n'existe, personne n'a jamais vu un seul logiciel, ni lu un seul log des super-softs de surveillance américains : tout est sur le papier. Dans ces deux cas, en réalité on ne fact-check pas : il n' y a pas de faits. On estime — parce que des documents officiels ont été publiés, des sources croisées, des copies d'écran analysées — que ces outils sont réels. Mais personne n'a jamais pu vérifier la réalité factuelle des sondes réseaux placées sur des points stratégiques du réseau mondial, ni testé XKeyCore ou PRISM. Que devraient faire les fact-checkers dans ces cas là, normalement ? Déclarer la surveillance mondiale de la NSA comme un "fake" ?

La vérité n'est pas un produit comme les autres

Le métier de journaliste ne se réduit pas à constater des faits. Un média n'a pas vocation à seulement relayer des événements établis, concrets, ou vérifiables par un simple clic. Une information n'est pas "vraie" simplement parce qu'elle est relayée par la majorité des médias les plus connus et se retrouve en page 1 d'une recherche Google. De nombreux exemples de fausses informations parties de Twitter et difffusée à la vitesse des tuyaux Internet sur tous les grands sites d'information abondent dans l'histoire récente du journalisme. D'ailleurs, au moins 2 sites classés en vert par le Decodex du Monde© viennent de se faire attraper en titrant sur une fausse information. Le Parisien et Le Journal du dimanche.

"J'ai sorti cette petite de la voiture, je ne suis pas un héros, je veux juste rétablir la vérité". #FakeNews https://t.co/Z8UAurZayE pic.twitter.com/3OZewTAim5

— Julien Salingue (@juliensalingue) 12 février 2017

Plus anciennement, des faux reportages, fausses interviews effectués par des journalistes et leurs médias "reconnus" ont été dévoilés. PPDA et l'interview bidon de Castro sur TF1, les faux charniers de Timisoara(avec Le Monde qui félicite La Cinq d'avoir « révélé l'horrible charnier des victimes des manifestations du dimanche précédent, ben alors, Le Monde©), le faux témoignage de la fausse infirmière koweitienne à l'ONU pour déclencher la première guerre d'Irak, ou encore la vidéo tronquée de l'AFP au Vénézuela détournant les propos du président iranien(vidéo AFP décryptée sur Dailymotion), l'existence d'une backdoor dans WhatsApp : la liste est longue. Pour autant, ces "fautes" journalistiques ne peuvent pas à elles seules mettre en cause toute une profession, "l'honnêteté" des médias, le professionnalisme des journalistes, ou leur capacité à vérifier l'information qu'ils produisent.

Le problème central du fact-checking — et par ricochet du Décodex du Monde© — comme approches "d'analyses de la vérité ou de la fiabilité de de sites d'information" est que la vérité n'est pas un simple produit que l'on peut réduire à une suite de cases à cocher. Si cocher des cases dans certains cas est pourtant possible, afin de certifier la fiabilité d'une information simple, dans de nombreux autres cas, cette approche est contre-productive, voire délétère. Le monde réel n'est pas binaire, fait de vrai/faux, de mensonges et vérités. La zone grise entre ces deux concepts manichéens est la plus fréquente, la plus difficile à traiter aussi.

Ce que nous croyons et pensons est-il condamnable ou négociable ?

Un journaliste est un individu qui a des croyances, qui pense le monde avec des jugements, a une histoire, un bagage culturel et intellectuel unique, comme chacune des personnes qui constituent une société. Il ne peut se départir de ces attributs, et s'il le devait, en réalité, il devrait être remplacé par une "intelligence artificielle", un logiciel. Cette subjectivité, parfaitement humaine et nécessaire (puisqu'elle permet d'avoir du jugement), permet aux journalistes [qui ont refusé de fabriquer de l'information industrielle, ou ont réussi à obtenir le droit de ne pas jouer aux petits soldats de l'information préfabriquée, rapide et simpliste] de décrire, analyser des événements, des réalités, des phénomènes de manières différentes.

C'est ainsi que nous avons une presse d'opinion française (en réalité bien moins qu'aux États-Unis, par exemple), qui assume son engagement, et une autre, dite "mainstream", qui tente de se tenir à distance de ses contenus de publications, prétendant être "neutre" ou "objective". Ce qui est parfaitement faux. La presse désireuse d'être classée comme "objective" ou "neutre" est en réalité une presse qui publie des contenus "orientés", comme toute la presse. Elle est à la fois détenue par des industriels tous proches des institutions de l'État de par leurs activités, mais aussi subventionnée par l'État, tout en étant tributaire de la publicité et… de l'engagement idéologique de ses journalistes.

La neutralité revendiquée n'est donc rien d'autre qu'une façade commerciale censée rassurer les lecteurs en leur laissant croire qu'aucune influence ou idéologie n'est susceptible d'orienter leur publication préférée. Il va sans dire que vérifier cette fausse objectivité neutre est très simple. Le premier lecteur à trouver plusieurs articles du Monde critiquant fortement les institutions européennes, ou mettant en cause fortement les engagements militaires et diplomatiques français à l'étranger, gagnera d'ailleurs un abonnement d'un an à Reflets (bientôt ça vaudra cher).

Ce que croient les journalistes, ce qu'ils pensent, vient obligatoirement influencer leur travail. Tout comme ce que pensent ou croient la direction de l'information, la rédaction en chef d'un média. Ces croyances, pensées ne sont ni condamnables ni négociables. Elles sont le cœur du travail de journaliste, et ne devraient pas permettre de hiérarchiser la qualité d'une publication. Mais les Décodeurs du Monde© en ont décidé autrement.

Décodex : le juge suprême du journal de Bergé, Niel et Pigasse

Ce qui est troublant dans l'affaire du Décodex, c'est la possibilité pour un média de s'ériger en juge de tous les autres. Le pire étant, qu'au delà de cette auto-certification d'honorabilité, Le Monde© et ses décodeurs esquivent un phénomène central de la problématique abordée [qui semble être celle de la "qualité" de l'information]. Ce phénomène est celui de l'indépendance des médias. Que les lecteurs puissent savoir quand des articles sont "faux" ou quand ces mêmes médias reprennent des informations bidons, est une chose, mais que le principal facteur de la liberté de la presse, l'indépendance, soit omis dans la démarche du Décodex, en est une autre. N'y voyons pas malice, il n'y a quasiment plus aucun média indépendant…

Comment Le Monde© a-t-il donc — au final — fabriqué son "juge en ligne de la qualité de l'info" ? Sur plusieurs critères, avec un préambule pour aider le lecteur à juger de la qualité d'une publication. Certains critères peuvent sembler pertinents, mais d'autres particulièrement discutables. Voire risibles.

Explications : Selon le monde, donc, plusieurs critères permettent de juger de la fiabilité d'un site (Décodex : comment juger de la fiabilité d’un site ?). Le premier est la consultation de la page "à propos" du site. Cela permettrait de mieux savoir si les gens du site sont sérieux. Ah. Ok.

Puis le fait que les articles sont publiés sous pseudonymes ou non. Voire anonymes (le pire). Si c'est le cas, le site n'est pas très fiable. Par exemple, le Canard Enchaîné ne serait pas fiable selon Le Monde© (s'il était publié sur Internet) puisque de nombreux articles sont signés sous pseudonyme. Si je signais avec mon véritable patronyme chez Reflets, mes articles seraient plus fiables, mais comme je signe "Drapher", c'est mal. Chaque année, quand je fais renouveler ma carte de presse je me demande d'ailleurs toujours si je vais finir par remplir la case "pseudonyme", pour y mettre Drapher. Peut-être finirai-je par le faire. Ou pas.

Autre critère : pas de problème pour un site s'il est "orienté" (Le Monde© ne serait pas "orienté" d'après @samuellaurent et son équipe, LoL) selon Le Monde©, MAIS il est problématique de ne pas afficher ses "partis pris". Exemple sur ce critère : Le site "Français de souche" (blog des gros fachos ça marche aussi, ndlr), ça va eux, puisqu'ils annoncent la couleur (leurs partis pris, ce sont "la Nation : c'est nous les blancs", "le racisme cébien", et "mort aux musulmans et aux islamo-gauchistes"). Mais Reflets, ça n'irait sans doute pas pas : le journal est orienté (comme toutes les publications le sont, orientées, mais c'est un détail), par contre Reflets n'indique pas clairement qu'il fait de la promotion pour les pédonazis de la CIA, ni qu'il aime bien le Dark ouaibe et les cryptes. Paraît-il que l'on milite tour à tour pour l'extrême-gauche, l'extrême-droite, le centre du milieu, les multinationales dirigées par les illuminatis, la confédération paysanne et la canonisation de Richard Stallman. Tout ça est très louche. Voire très mal.

 

@TouitTouit @samuellaurent En attendant, je trouve leurs analyses plutôt justes. :3 pic.twitter.com/5DmGzXAWKs

— G. Pépin (@Gnppn) 1 février 2017

Vient "la citation des sources". Ben oui, en général, quand dans un sujet on parle d'une information, on met un lien, ou on cite la source expressément, avec l'extrait (comme dans cet article, remarquez bien). Mais Décodex explique que la source doit être "reconnue". Ah. Par exemple, si vous publiez un article sur la Libye et que vous citez un article du Monde© de Bernard Henri-Levy, ça va. C'est une source reconnue le Monde, même quand c'est du BHL, n'est-ce pas ? Mais par contre, si sur la Syrie vous citez le travail d'un reporter qui est allé sur le terrain mais dont les constats ne sont pas allés dans le sens des affirmations du Quai d'Orsay et du Monde©, là, votre source sera-t'elle "reconnue" ?

Le passage le plus savoureux est celui de "l'équilibre de l'information". Un pur moment de propagande bonheur journalistique : Le titre reflète-t-il le contenu de l'article ? Le site présente-t-il des informations factuelles ou des opinions et les distingue-t-il vraiment ? Le ton de l'article est-il mesuré et ouvert à des propos contradictoires, ou ne met-il en avant qu'une seule lecture des faits, sans donner la parole aux personnes mises en cause ? C'est là que toute la démesure (et l'aspect scolaire des auteurs de ce machin) du "plan pré-Decodex" se dévoile : sur le titre, c'est rigolo, parce que Reflets s'amuse avec les titres. Nos articles sont là pour "faire réfléchir en faisant sourire", souvent, mais pas expliquer froidement ce dont nous allons nous entretenir. Donc, quand Jef Mathiot, ce pédonazi des internets obscurs — adepte du cryptage chiffrement asymétrique quantique — titre "Le gendarme et les Darquenettes", c'est mort. Les gens qui écoutent les conseils de Le Monde© savent qu'on ne doit pas être pris au sérieux, que "c'est rien que de la fake news" ce Reflets. Même si France culture reprend l'article pour en faire une très bonne chronique le lendemain (re LoL). Quant au "ton mesuré", quelqu'un a-t-il le règlement intérieur des tons journalistiques ? C'est pour un ami.

Avec le Canard enchaîné, ou d'autres publication humoristiques et/ou satiriques, de toutes les manières, les titres bourrés de jeux de mots ne collent pas du tout avec la règle du Monde©. Avec cette règle, tous les titres d'actualité devraient être en gros les mêmes. Comme en URSS ? Nan, allez, on déconne. Enfin presque.

Le factuel et les opinions : qui a décidé qu'un article factuel était un article obligatoirement de qualité versus un article d'opinion qui serait "louche" ou mensonger ? Ah oui, l'important c'est de les distinguer. Il faut dire au lecteur : "attention lecteur, ceci est un article d'opinion". On ne sait jamais, le lecteur il pourrait confondre un papier documenté d'enquête avec une tribune politique, sur Reflets. Quant à "l'ouverture aux personnes mises en cause", en général, elles ne souhaitent pas nous répondre. Nos aventures avec Fleur Pellerin en témoignent (toujours invitée en radio, elle n'a jamais répondu). Mais sur plein d'autres sujets, la réalité est qu'un article d'opinion n'a pas nécessairement besoin — pour devenir fiable ou crédible — de faire parler les gens qui pourraient être concernés par ladite opinion. Le droit de réponse existe dans la presse, et n'importe qui peut — s'il est concerné par une tribune — demander ce droit de réponse. Il sera toujours publié. C'est là, la vraie règle. On l'a vu avec Frédéric Bardeaux sur Reflets. Ça a même fini dans un studio de radio (oui, France Culture, toujours).

Et donc, en conclusion de toutes ces petites "aides au jugement" sur la fiabilité ou non des sites d'information, arrive le fameux outil Décodex, ce petit moteur de recherche (qui contient au moins 600 sites d'info, mais pas encore Reflets, ni plein d'autres pure players comme NextInpact) qui vous dit si un site est vert, orange, gris, bleu ou rouge, avec bien entendu un texte consensuel sur le fait que même en vert, il faut aller vérifier l'info sur d'autres sites, etc, etc. Pour la couleur bleue, c'est plutôt bien pour toutes les Christine Boutin de France et de Navarre, qui pourront découvrir que Le Gorafi est un site satirique de fausse information… Pour le reste…

Automatiser le jugement et orienter les choix : Le Monde s'habille en Pravda

Le Décodex du Monde© juge Le site du Monde© en vert, et ses camarades de la presse "pas orientée" et "pas d'opinion" en vert aussi. Fakir, la publication militante de gauche créée par François Ruffin était en orange, mais comme ça a créé un peu de mousse, Fakir a été retiré du Décodex pour l'instant (afin de vérifier que Ruffin est bien un extrémiste à la solde de Cuba qui bouffe un milliardaire à chaque petit-déjeuner ?).

Valeurs actuelles — le journal qui vend des morceaux de Marine Le Pen et de Laurent Wauquiez — était en vert au début, et puis là aussi, Twitter a crié au scandale, alors ils sont en orange maintenant, chez Valeurs (c'est dur quand même). On est peu de chose entre les pattes de Décodex…

Serait-ce une sorte d'équilibrage qu'effectue Le Monde© en mettant deux mauvais points à ces deux publications politiquement opposées, puis en en retirant une ? Bizarre. Il n'en reste pas moins que ces deux sites d'information, enregistrés comme médias d'Information Politique Générale (IPG, tout comme Reflets), et qui emploient des journalistes pour écrire leurs articles, peuvent désormais se dire que les internautes en mal de discernement et ayant installé le plugin navigateur Décodex, vont voir passer leurs publications dans une couleur qui n'incite pas à les consulter. Avec, pour Valeurs, un lien d'article expliquant une information bidonnée par la publication en question, et pour Fakir… rien de particulier à notre connaissance. Juste l'envie de mettre Fakir pareil que Valeurs ? Comme certains analystes politiques établissent une correspondance entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?

"L'aventure Décodex" du Monde© est en fait un véritable affront. À l'intelligence des lecteurs, aux journalistes qui travaillent dans des publications qui sont ou seront mal "notées" par les Décodeurs du Monde©, à l'indépendance de la presse, qui, désormais, se voit jugée et notée par un média financé par l'État à hauteur de [beaucoup de millions d'euros par an] et propriété d'un groupe d'industriel particulièrement puissant et impliqué dans de nombreux secteurs d'activités cruciaux en termes démocratiques.

Si Reflets énonce "beaucoup de millions", c'est que les Décodeurs du Monde se sont fendus d'un article sur les 20 titres de presse les plus aidés par l'État en 2013, et que l'aide au Monde© était alors de 16 millions d'euros. Mais elle est, selon l'Etat, de 5 millions d'euros. Les fact-checkers vont devoir s'auto-fact-checker parce que le delta est quand même de 11 millions… Errata : effectivement, l'aide d'Etat globale au Monde© était de 16 millions d'€ en 2013, et de 5,4 millions d'€ en 2015. Grosse perte…

Mais il faut compter les 660 000€ de la fondation Bill Gates en 2016, 440 000€ en 2015, 327 000€ en 2014, et quelques centaines de milliers d'€ du fonds Google d'aide à la presse qui balance quand même 2 millions d'euros pour la France. (Aucun chiffrage détaillé n'est fourni, publication par publication).

Le Monde© s'habille en Pravda : la Pravda, le journal officiel du Parti communiste (unique) en URSS, indiquait aux citoyens soviétiques quelle était la "bonne information". Celle qui correspondait à la ligne du parti. "Pravda" signifie "Vérité" en russe.

En 2017, en France, la "Vérité" se ferait-elle appeler "Décodex" ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée