Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par drapher

De la responsabilité en politique

Monter des parties de la population les unes contre les autres a toujours été une technique politicienne fort usitée. Par l'extrême droite en particulier. Surtout par l'extrême droite.

Monter des parties de la population les unes contre les autres a toujours été une technique politicienne fort usitée. Par l'extrême droite en particulier. Surtout par l'extrême droite. Depuis le référendum sur le traité constitutionnel de l'UE en 2005, jusqu'à la campagne présidentielle de 2007, les partis politiques et leurs représentants tentaient surtout de se faire élire en s'opposant sur deux terrains idéologiques bien définis : le libéralisme économique et "le moins d'État" accolé à un conservatisme des mœurs d'un côté, et la transformation de la société par une plus grande redistribution des richesses soutenue par un État providence assumé de l'autre.

Droite et gauche pouvaient ainsi facilement s'opposer sur des sujets tels que : le temps de travail, la sécurité, les services publics, le chômage, l'immigration ou encore la construction européenne. L'extrême droite, elle, venait juste rageusement expliquer que tous les débats de fond et leurs solutions politiques étaient sans issues puisque le cœur du problème n'était pas traité, selon eux : l'immigration. Chacun pouvait alors tranquillement s'écharper de manière établie et conforme à trois visions de la société : racisme et préférence nationale pour l'extrême droite, baisse des impôts, privatisations et performance individuelles pour la droite, renforcement des protections sociales, État providence et amélioration de la répartition des richesses...