Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

De l'éthique dans les affaires (informatiques)

Dites à un fabriquant de Deep Packet Inspection qu'il vend des armes à des dictateurs et il vous répondra avec une gadgetophrase : le DPI a des utilisations parfaitement légitimes pour réguler les flux sur les réseaux informatiques. Quant à la présence de nos produits dans des dictatures, nous ne vendons pas en direct : voyez avec les intégrateurs. Oui... Mais non. Bien entendu, il existe des utilisations "légitimes" du DPI. Encore que cela puisse se discuter.

Dites à un fabriquant de Deep Packet Inspection qu'il vend des armes à des dictateurs et il vous répondra avec une gadgetophrase : le DPI a des utilisations parfaitement légitimes pour réguler les flux sur les réseaux informatiques. Quant à la présence de nos produits dans des dictatures, nous ne vendons pas en direct : voyez avec les intégrateurs.

Oui... Mais non.

Bien entendu, il existe des utilisations "légitimes" du DPI. Encore que cela puisse se discuter. Mais lorsque l'on développe des modules pour obtenir les informations des utilisateurs de Facebook, Google, Linkedin etc, on sait exactement qui veut ce genre de choses et à qui c'est destiné. Pas simplement à la justice des pays dits démocratiques. Le segment de clientèle est un peu petit. Non, lorsque l'on met des informaticiens pour plancher sur ce genre de modules, on sait qu'ils répondront aux besoins de dictatures.

 

Le business, c'est le business, là où il y a un marché, j'y vais... Oui, mais non... aussi.

Il y a bien des moyens de gagner de l'argent en faisant des "affaires". Mais de la même façon que l'on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui, on ne peut pas faire des affaires avec n'importe qui. Ce qui définit la liste des partenaires en affaires, c'est l'éthique personnelle des vendeurs. Si l'on décide de ne pas vendre à des dictateurs, il est facile d'imposer cela à des "intégrateurs". Don't be...