Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par drapher

Crise sociale : et si on parlait de projets ?

La crise sociale déclarée dans laquelle est plongée la France peut être résumée en quelques points. Le pouvoir politique en place à décidé de modifier profondément le rapport de force dans le monde du travail, entre employeurs et employés, par le biais d'une loi.

image
image

La crise sociale déclarée dans laquelle est plongée la France peut être résumée en quelques points. Le pouvoir politique en place à décidé de modifier profondément le rapport de force dans le monde du travail, entre employeurs et employés, par le biais d'une loi. Cette loi, passée en force, sans discussion démocratique, brise des acquis issus des luttes sociales du Front populaire, des propositions du Conseil national de la résistance et de nombreuses autres avancées gagnées de haute lutte par les mouvements ouvriers.

Les syndicats, dans leur grande majorité sont logiquement vent debout contre cette réforme anti-sociale et demandent son retrait. Dans le même temps, un mouvement — plus ou moins spontané — s'est formé avec comme objectif la dénonciation des politiques menées et une volonté de proposer "autre chose" : Nuit debout. Les médias, dans leur ensemble jouent leur jeu habituel, basé sur le "comptage de points" et la stigmatisation des mouvements de grève, comme des débordements violents au sein des manifestations, etc. Rien de neuf sous le soleil. Tous ces éléments sont parfaitement connus, ont déjà existé, Nuit debout inclus, puisqu'au final, le rassemblement en question est parfaitement parallèle à ceux qu'effectuaient les manifestants de mai 68. En nettement plus sage, pour Nuit debout, et avec des idées nettement plus "bourgeoises" qu'en 68.

Un constat ressort, déjà vieux de quelques années, et qui pourtant...