Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jacques Duplessy

Covid : « La situation n'est pas bonne mais on ne sait pas ce qui va se passer »

L'épidémiologiste Catherine Hill fait un point sur l'épidémie

Le niveau de circulation du virus reste élevé, même si les indicateurs sont à la baisse. Catherine Hill s'inquiète que les leçons du fiasco de la stratégie de dépistage n'aient pas été tirées.

Terrasse parisienne, vendredi 21 mai 2021 - © Reflets

Alors, ce déconfinement, vous êtes allée en terrasse ?

Catherine Hill (rire) Non, la météo n'était pas très favorable... J'ai vu les images de ces regroupement. Les indicateurs continuent de descendre, mais le niveau de circulation du virus reste élevé. La question est : est ce que ça va tenir ou est-ce que la tendance va repartir à la hausse ?

Et votre avis pour cet été ?

On a actuellement 38 millions de personnes protégées sur 67 millions de Français : 12 millions ont eu le Covid, à la date du 18 mai 9,9 millions sont complètement vaccinés et 16,5 millions ont reçu leur première dose depuis 14 jours, donc sont partiellement immunisés.

Il reste donc 29 millions de personnes à risque, ce qui n'est pas rien. Sachant qu'on à toujours 24% des plus de 80 ans environ 20 % des plus de 75 ans et 48 % des 50-64 ans qui ne sont pas vaccinés, ça laisse pas mal de personnes non protégées.

Le nombre de personnes en réanimation reste aussi très élevé, avec 3844 personne au 19 mai. Mais il est difficile de savoir ce qui va se passer. Je me méfie des modèles qui proposent des prédictions car il y a de très nombreuses hypothèses à prendre en compte. La philosophie des modèles est utile, mais ça s'arrête là.

Ce qui est clair est qu'on continue de prendre les mauvais indicateurs pour gérer l'épidémie, en premier lieu le nombre de malades qu'on trouve. Ce n'est pas sérieux car le chiffre dépend de combien on teste de personnes.

Période où l'on peut contaminer - Catherine Hill
Période où l'on peut...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée