Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par drapher

Communication de l'Elysée : destruction du modèle social au PMU du coin

Macron nous prend pour des cons, et en plus ça le fait kiffer

La vidéo de communication élyséenne préparatoire au discours d'Emmanuel Macron au 42e congrès de la Mutualité Française est une œuvre d'art de politique populiste. Mais elle est surtout une déclaration du démantèlement à venir du modèle social français et de l'Etat providence — basée sur de grossières affirmations parfaitement fausses. Explications.

Vidéo de propagande du régime français - Crédit photo : ©Elysée & BFM Propaganda - Licence : © Sodome et Gomorrhe (publique)

Cette vidéo à proprement parler hallucinante — ou hallucinatoire selon la capacité de chacun à la déchiffrer— a été parfaitement étudiée par les dir'comm de l'Elysée et savamment calculée par le média de propagande BFMTV. Laissons-nous bercer par l'explication présidentielle du "problème" des aides sociales que ce dernier entend bien régler :

"Tout le système social, on met trop de pognon"

Comment comprendre cette phrase ? Qu'entend-on par le "système social" ? Qui est ce "on" ? Emmanuel Macron devrait savoir que s'il parle des caisses de retraite, allocations familiales, caisse de santé, ce n'est pas lui et ses amis gestionnaires de l'Etat qui collectent la totalité des fonds ensuite reversés aux citoyens : cet argent n'est pas collecté par les seuls impôts, et s'il comporte des taxes ce n'est pas Bercy qui tient la comptabilité du "système social français". L'État peut changer des taux de prélèvement, peut remettre en cause des règles mais ce n'est pas lui qui collecte tout l'argent, ce n'est pas lui seul qui le gère. Loin de là.

Les cotisations sociales représentaient près de 90% des recettes des régimes d’assurance sociale des administrations de Sécurité sociale à la fin des années 80. Aujourd'hui elles sont à peine à 65%. Mais durant cette période la part des impôts et taxes est passée de 5 % à près de 30 %. Le "pognon" que Macron et ses potes...