Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Jet Lambda

Comment transformer une manif en promenade carcérale

Comment dire… La manifestation du jeudi 23 juin, d'abord menacée d'interdiction, puis carrément interdite, ensuite finalement "autorisée" mais fermement encadrée dans un parcours circulaire entre Bastille et Bastille, avait des airs de manège de fête foraine, ou même de cage de cochon d'inde avec sa petite roue en plastique. Les négociations qui se sont déroulées ces derniers jours autour de cette nième mobilisation contre la loi "Travaille!

Comment dire… La manifestation du jeudi 23 juin, d'abord menacée d'interdiction, puis carrément interdite, ensuite finalement "autorisée" mais fermement encadrée dans un parcours circulaire entre Bastille et Bastille, avait des airs de manège de fête foraine, ou même de cage de cochon d'inde avec sa petite roue en plastique.

Les négociations qui se sont déroulées ces derniers jours autour de cette nième mobilisation contre la loi "Travaille!" ont occupé toute l'actualité politique de ces derniers jours. Mais le résultat, que l'on peut sans doute toujours observer à l'heure où nous écrivons ces lignes, est pathétique. Les quelques dizaines de milliers de manifestants qui se sont déplacés avaient l'air bon enfant, mais comment ne pas penser, en admirant ce spectacle, à une promenade de prison où les détenus sont conviés par l'Administration pénitentiaire à se dégourdir les jambes en tournant en rond dans une cour à ciel ouvert, profitant de leur instant de liberté surveillée en pouvant admirer le ciel et les nuages.

Le plus drôle, c'est la manière dont les abribus de la place de la Bastille ont été décorés, jeudi matin. Les panneaux de pub JC Decaux recouverts par deux plaques de contreplaqué achetées la veille chez Casto, scéllées par deux bandes métalliques, le tout protégé par de la mousse expansée… Un bricolage ridicule : cette promenade autour de la Bastille, dont tous les accès avaient été bloqués par des camions blindés et des grilles anti-émeute, avait depuis longtemps été boycotté par les manifestants les plus radicaux !

[gallery link="file" ids="34679,34677,34676,34675,34674"]

Le plus pathétique dans cette histoire est sans doute la réaction victorieuse des principales organisations syndicales, FO et CGT en tête (relayés par le Parti de gauche de Mélenchon). Ces vénérables représentants ont cru bon de souligner, mercredi soir, qu'ils avaient "fait plier le gouvernement" en obtenant cette aumône de manifestation. Le communiqué de la préfecture de police de Paris (PPP), hier matin, qui indiquait clairement que la manif du 23 allait être purement et simplement interdite (à lire ici), n'était-il pas un appât sur lequel se sont jetés avidement les leaders syndicaux?

Fan de politique fiction, nous avons reconstitué des échanges informels qui se sont produits ces derniers jours entre Manuel Valls, son premier flic Bernard Cazeneuve, et les gradés de la PPP.

[Réunion de crise, Hôtel Matignon, lundi 20 juin, 22h43.]

Valls – Bon, ça peut plus durer, les orgas syndicales sont vraiment complètement irresponsables, ils ne pourront jamais se désolidariser des casseurs gauchos, et on a même des preuves — n'est-ce pas Michel? [le préfet de police Michel Cadot] – qu'ils ont participé aux violences et dévastations diverses du 14. Mais faut jouer serré. L’Élysée me fait la guerre, impossible d'interdire la manif, les frondeurs sont prêts à bondir, et ça va foutre la merde avec la primaire…

Cadot – Qu'est que vous proposez? Les forces de l'ordre sont exténuées. Ils en peuvent plus. J'ai le patron d'Alliance sur le dos depuis 3 jours. Bernard [Cazeneuve] est de leur côté… Faut trouver une solution qui respecte le cadre républicain et qui démontre le fermeté de votre gouvernement… S'il ne s'agissait que de moi, ça fait longtemps que tout ce cirque serait fini et que l'arrêté d'interdiction serait signé…

Valls – On va les piéger. On négocie – enfin, on fait gentiment semblant – jusqu'à mardi soir, on les balade, ça on sait faire, et bam! mercredi matin, tu balances un communiqué qui explique en gros que tout a été fait, blablabla, mais que les syndicats sont manipulés sur leur gauche, et qu'on ne peut pas assurer la sécurité des Français, tu rajoutes une couche sur l'Euro de foot, enfin tu vois, tout le tintoin…

Un conseiller du ministère de l'Intérieur – Et après… Je vois pas où cela va nous mener…

Valls – C'est le 2ème étage de la fusée… C'est couru d'avance : Mailly et Martinez vont illico se ruer sur leurs téléphones, et harceler Bernard… Moi, ils ne m'appellent même plus. Ils vont exiger d'être reçus en urgence à Beauvau. Bon, j'appellerai Bernard pour le rassurer, t'inquiètes pas.

[Mardi 21, 11h42, ça sonne sur le smartphone sécurisé de Valls…]

Cazeneuve – Manuel ?… Ça va plus, là, je suis harcelé par les syndicats, des 2 côtés, Alliance et SGP sont fous furieux, ils n'en peuvent plus de ces manifs et des casseurs, et Bailly et Martinez me mettent une pression d'enfer…

Valls – Laisses-les mariner encore un peu. Demain matin, Michel se prononce pour l'interdiction…

– Ah non, on va pas en reparler ! Tu sais ce qu'on risque?! Même Jacquot [Urvoas, garde des Sceaux], qui est de ton côté, ne pourra jamais cautionner ça, et il fait le tour des matinales radio demain matin ! C'est pas tenable !

– Calme toi, calme toi ! Keep cool ! La pref va dire que la manif est interdite, mais que l'arrêté "sera pris en ce sens dès aujourd’hui", au futur… Là, tu entres en scène, ils vont t'appeler, et tu joues au négociateur, tu sais comme au RAID ! Tu connais ! Mais il y aura une seule fenêtre de négo : ils ne veulent pas de parcours statique, et bien ils auront un parcours circulaire, à Bastille, en faisant le tour de l'Arsenal. Il y a 2 km en tout. Y'aura que quelques milliers de pékins, ça suffira bien…

– Bon… C'est toi qui décide. Espérons qu'ils vont pas flairer l'arnaque…

– Prends le pas comme ça, dans cette histoire, c'est toi le gentil flic! Et moi de toutes façons, ils peuvent plus me blairer. Mais tu joues au type qui met son poste en jeu, tu dis que c'est toi qui propose ce compromis. Ils vont plonger. […]

[Mercredi 22, 8h50. JC Mailly appelle un conseiller de Cazeneuve.]

– C'est quoi ce bordel, je sais que la préfecture va diffuser un communiqué qui interdit le cortège! Vous nous prenez pour des débutants? Je viens de parler à Philippe [Martinez], et là-dessus, on est unis comme les 2 doigts de la main: vous avez tout à perdre. Quand je pense que j'ai encore ma carte [celle du PS]. Non mais quel con je fais ! – Euh… Calmez-vous, M. Mailly. C'est Matignon qui a exigé cette position. Mais venez au ministère, le ministre est prêt à trouver un compromis… Mais ne dites rien, il prend tout sur lui! Sinon ça va capoter…

[9h12. SMS d'un conseiller de Beauvau à un de ses collègues de Matignon.]

– C'est bon… Ils ont mordu… On les recoit tt à l'h, passe le mot au grand chef… Slt. […]

Cela n'est pas la première fois, au passage, que les orgas se font berner par la Pref et le gouvernement. C'était le 9 mars, l'un des premières manifs d'une grande série, et le cortège devait partir – séduisant – du siège du Medef, 55 avenue Bosquet dans le 8ème Arrt de Paris, vers le ministère du Travail, au 123 rue de Grenelle, dans le 7ème. Mais ce qui devait arriver arriva, à savoir que l'avenue Bosquet était bloquée dans sa partie sud, la portion qui héberge le siège du patronat (au niveau du métro École militaire), et dans le même élan, la pref avait coupé l'accès à la rue de Grenelle (à deux pas de la rue de Varenne, le "quartier des ministère" et de l'Assemblée nationale) à partir du boulevard des Invalides. On vous passe les détails, mais ce parcours minimaliste de 1,7 km s'est donc réduit à… 600 m. Le long de l'avenue de Tourville, derrière les Invalides. Soit la plus petite manif du monde ! Celle du 23 juin était sans doute la plus ridicule !

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée