Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Yovan Menkevick

Chaos proche-oriental, Califat, réfugiés : y a du sang dans le gaz…

La situation en Syrie est dramatique. Malheureusement, le traitement médiatique de ce conflit monstrueux est totalement aveugle, et orienté. Rapide résumé de cette probable guerre énergétique qui ne dit pas son nom. Al Baghdadi, le grand manitou du Califat islamique : celui par qui la douche froide arrive. Et comment on va faire maintenant pour notre gazoduc ? Au nom du gaz ! Heu, pardon, d'Allah…

_ La situation en Syrie est dramatique. Malheureusement, le traitement médiatique de ce conflit monstrueux est totalement aveugle, et orienté. Rapide résumé de cette probable guerre énergétique qui ne dit pas son nom. _

al-Baghdadi
al-Baghdadi
Al Baghdadi, le grand manitou du Califat islamique : celui par qui la douche froide arrive. Et comment on va faire maintenant pour notre gazoduc ?

Au nom du gaz ! Heu, pardon, d'Allah…

Depuis le début du conflit syrien, tout est fait pour simplifier la situation et démontrer au public occidental qu'il y aurait deux camps : celui d'un horrible dictateur, Bachar El Assad, et celui des "rebelles", qui se défendraient contre ses exactions et voudraient le renverser. La raison du conflit serait donc simple, au point que des commentateurs ont parlé en 2011, d'un "printemps syrien". Faire un parallèle entre la révolution tunisienne et un soulèvement populaire en Syrie laissait le champ libre à une analyse simpliste et "stratégiquement pratique" pour certaines puissances. Au premier chef desquelles les monarchies du Golfe, et leurs alliés : les puissances occidentales, France et Grande-Bretagne en tête.

Les spécialistes de la région, et plus particulièrement ceux qui travaillent sur les accords stratégiques énergétiques, rappellent quelques éléments qui laissent penser que l'origine du conflit en Syrie, n'est ni simple, ni aussi simpliste qu'on veut bien nous le dire.

Pour ces analystes, le...