Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Ces commentaires dont Jean-Jacques Urvoas ne veut pas...

Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas a décidé de dire la vérité, lui. De faire de la pédagogie. C'est assez simple dans son esprit. Il y a d'un côté des propagateurs de rumeurs, des journalistes pas très bon, et de l'autre, lui et ses collègues qui ont voté la Loi de programmation militaire (LPM) contenant le fameux article 13 devenu au fil du temps l'article 20. Eux, savent de quoi ils parlent.

Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas a décidé de dire la vérité, lui. De faire de la pédagogie. C'est assez simple dans son esprit. Il y a d'un côté des propagateurs de rumeurs, des journalistes pas très bon, et de l'autre, lui et ses collègues qui ont voté la Loi de programmation militaire (LPM) contenant le fameux article 13 devenu au fil du temps l'article 20. Eux, savent de quoi ils parlent. L'article 20 et les quelques subtilités de la LPM sur la surveillance des citoyens, sont une bonne chose. Sachez-le. C'est pour votre protection. Les services de renseignement, l'armée, Bercy, que sais-je, vont lutter contre les méchants terroristes et autres délinquants en bandes organisées avec les nouveaux outils enfin entrés dans une loi. Mieux, il y a aura un contrôle indépendant de ces demandes sauvages de données (en dehors du contrôle d'un juge). Hop. Emballé, c'est pesé.

Oui mais non...

Nous ne propageons pas de rumeurs. Nous ne sommes pas de mauvais journalistes qui parlent de ce sujet avec peu de justesse, comme il le dit. Nous donnons notre avis, en tant que citoyens, sur une démarche. Et cette démarche, qui consiste à présupposer que tout citoyen est un délinquant en puissance, qu'il convient de pouvoir le mettre sur écoute administrative, c'est à dire sans décision et contrôle d'un juge, est une démarche de paranoïaque. Or, quelqu'un qui voit des menaces partout, dans la vie, on...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée