Journal d'investigation en ligne
par bluetouff

Censure administrative du Net... pour parfaire le décor

Il y a maintenant bientôt 5 ans, on pressentait déjà un mauvais coup se tramer dans l'ombre de l'ARJEL, l'autorité de régulation des jeux en ligne, qui s'était vue octroyer sur décret la première forme de censure d'état. Assez "finement", dans la plus pure tradition républicaine, ce décret était passé sous les radars, publié un 30 décembre, entre deux réveillons, pendant que les geeks geekaient comme tous les ans chez les copains du CCC.

Vous lisez un article réservé aux abonnés.

Il y a maintenant bientôt 5 ans, on pressentait déjà un mauvais coup se tramer dans l'ombre de l'ARJEL, l'autorité de régulation des jeux en ligne, qui s'était vue octroyer sur décret la première forme de censure d'état. Assez "finement", dans la plus pure tradition républicaine, ce décret était passé sous les radars, publié un 30 décembre, entre deux réveillons, pendant que les geeks geekaient comme tous les ans chez les copains du CCC.

Voilà maintenant 4 ans que des sites de jeu en ligne n'ayant pas obtenu de licence se voient "bloqués" et que ceci n'émeut pas grand monde, d'ailleurs, toute la presse semble l'avoir totalement oublié, en dehors quelques médias spécialisés. Aujourd'hui, changement de casting, ce n'est pas une "Autorité Indépendante" qui fait ses petites listes noires à transmettre aux fournisseurs d'accès pour blocage, c'est le gouvernement lui même, le ministère de l'intérieur. Les critères permettant d'affirmer que tel ou tel site est un site "terroriste" ne sont pas connus, probablement un savant mélange de doigt mouillé, de Google Translate à l'arrache, et d'arbitraire. Oui quand on se passe d'un juge, on est bien dans l'arbitraire.

Appliquer des mesures de blocage et de déréférencement que l'on applique depuis 4 ans pour des sites de jeu en ligne contre des sites web qui font l'apologie du terrorisme... quelle idée révolutionnaire.

On ne va pas critiquer plus avant l'efficacité des mesures de blocage, on sait que ça ne fonctionne pas, voici un petit dessin que NextInpact avait à l'époque publié qui nous le rappelle.

... mais là n'est pas le problème, et oui il faut s'en indigner, même avec 4 ans de retard.

Dans cette lente et léthargique entreprise de civilisation destruction du Net, tous les gouvernements qui se sont succédés se sont accordés sur la question de la censure administrative et de la surveillance, en conchiant au passage le principe de séparation des pouvoirs. Nul doute que si un Front National accède un jour au pouvoir, il sera bien content de trouver tous les jouets "légaux" que l'on aura préalablement mis à sa disposition. Plus besoin de s'embarrasser d'un juge, une simple incantation de type :

"site web, je te level up officiellement site terroriste"

... et paff le tour est joué, pas besoin de rendre de comptes à qui que ce soit.

Et nous pourrions aller bien plus loin. Imaginons maintenant que pour s'assurer que la censure qui ne peut pas fonctionner fonctionne, le législateur émette l'idée novatrice d'installer sur tous les ordinateurs un "contre-logiciel" qui vous permettrait, en cas de fichage "accidentel" de votre adresse IP dans le listing des terroristes présumé... puisqu'on vous dit que c'est de la prévention Oh wait ! ... Ça ne vous rappelle rien ? Remettons nous au travail.

Des lois parfois d'aspect un peu anodines, qui font régulièrement consensus à propos Internet, c'est devenu une tradition. Sarkozy les a pensé, Valls leur trouve aujourd'hui une utilité : une DADVSI, une LOPPSI, une HADOPI, une ARJEL et paff un blocage blocage DNS des barbus terroristes et l'extension de mesures d'exceptions à l'ensemble de la population, des mesures d'exception qui deviennent loi après loi, sur Internet, la norme.

Attention, ce qui est sur Internet finit toujours, un jour où l'autre par en sortir. Si nous voulons conserver une République qui fonctionne, ses grands principes comme celui de la séparation des pouvoirs, ne doivent pas être remis en cause à la seule évocation du mot Internet... Une République, ça peut vite se dissoudre en une ou deux cyber mesures d'exception, suivi d'un malentendu électoral.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée