Journal d'investigation en ligne
Édito
par Yovan Menkevick

Campagne de Nicolas : de vieux échos ?

(Il y a des choses qui ne trompent pas, des signes des temps, des slogans, des discours et des revendications politiques qui ne peuvent que résonner étrangement à nos oreilles. Comme quoi, rien ne se perd, tout se recycle…) C'est étrange. Enfin non, pas vraiment. Mais quand même, on se pose question. Ou alors c'est de la bêtise, ou une méconnaissance de l'histoire et un rapprochement idéologique non-maîtrisé ? Venons-en aux faits : la campagne de Nicolas S.

(Il y a des choses qui ne trompent pas, des signes des temps, des slogans, des discours et des revendications politiques qui ne peuvent que résonner étrangement à nos oreilles. Comme quoi, rien ne se perd, tout se recycle…)

C'est étrange. Enfin non, pas vraiment. Mais quand même, on se pose question. Ou alors c'est de la bêtise, ou une méconnaissance de l'histoire et un rapprochement idéologique non-maîtrisé ? Venons-en aux faits : la campagne de Nicolas S., dit "Sauron", a débuté (50,1% de bulletins pour tous les soumettre). Et de nombreuses choses sont à mettre en parallèle avec d'autres campagnes, à une autre époque. Et c'est là que ça devient cocasse…

Les valeurs et les modèles…

Sauron nous le répète à l'envi, il faut suivre le modèle allemand, les Allemands, eux ils bossent, et il faut qu'on se mette au boulot, qu'on se retrousse les manches, quoi. En 1940 et des brouettes, un certain maréchal nous incitait lui aussi à rejoindre le modèle allemand, et quitte à faire, à aller bosser chez eux :

C'était le STO : le Service du Travail Obligatoire de Pétain. Pour la relève, pour ma famille, pour la France.  C'est vachement beau. Je suis très ému…

Aujourd'hui, les trois mots clés de Sauron, (déclarés dans son entretien au Figaro) sont :   Travail, Responsabilité, Autorité. Tout ça va toujours par trois, c'est plus simple à retenir, et puis ça permet de remplacer les trois valeurs fondamentales de la république qui sont, rappelons-le : Liberté, Egalité, Fraternité. On en est loin avec Sauron, mais foin de petits calculs mesquins. Regardons plutôt du côté du Marechal (nous voilà) ce que donnaient les "valeurs" :

Ah, ouais on est pas loin. Regardez au dessus de Travail-Famille-Patrie, sur les piliers… La différence entre discipline et responsabilité n'est pas très éloignée, et l'ordre, ben si on regarde bien, l'autorité et l'ordre, hein…

La maison France, et à côté la maison "France & compagnie" (qui se casse la gueule) avec une étoile juive. Vous remarquerez que le premier reproche fait aux juifs est la paresse, puis la démagogie et l'internationalisme. Tiens, tiens, la France qui se lève tôt, et la France des assistés…quand aux opposants, tous des démagogues, on était au courant. Mais allons un peu plus loin.

Calomnier l'adversaire, une vieille technique…

Le départ de la campagne présidentielle de Sauron a démarré avec des attaques verbales à l'encontre de son principal adversaire, un type de droite qui fait dans le social, qui a beaucoup maigri et ne dit pas grand chose mais compte prendre la place de Sauron. Sauron le traite de "menteur". Et le répète sans arriver à s'arrêter. Vieille technique.

Et oui, c'est toujours notre maréchal qui activait ce type de campagnes d'affichage, pendant l'occupation nazie, vous savez cette "sombre période" que personne parmi les républicains ne voudrait voir revenir (la main sur le cœur). Mais oui, mais oui…pas celle-là précisément, pas avec un occupant étranger…

Les valeurs, ça se travaille…

Pour finir ce petit exercice comparatif de rafraichissement de mémoire, il est important de savoir ce que les mots signifient vraiment. Avec les mots, il y a des valeurs. Par exemple fascisme et fasciste n'étaient pas des insultes avant que le petit moustachu ne déclare la guerre au monde entier (ou presque) et fasse massacrer industriellement 6 millions de personnes.

Aujourd'hui, personne ne veut se revendiquer "fasciste". Bizarre ça, parce qu'il y a des valeurs et des principes qui sont pourtant très clairs et pas mal de monde en politique pourrait se reconnaître dans ces valeurs fascistes, particulièrement ceux qui veulent une "France forte" (qui fut aussi un des slogans du maréchal).  Dans les techniques de propagande, par exemple (source) :

(…)Ces méthodes (de propagande, ndlr) ont été analysée entre deux guerres par un groupe de scientifiques américains regroupés autour de l'Institut pour l'analyse de la propagande (Institute for Propaganda Analysis) afin d'apprendre au public à déceler les techniques de la propagande en temps de guerre ou en temps de paix et à s'en préserver. Un des membres de l’Ipa, Clyde Miller synthétisait en parlant de quatre leviers : 1. Levier d’adhésion (virtue device) faire accepter une personne, une idée ou un parti comme « bon » en l’associant à des mots ou symboles «bons » 2. Levier de rejet (poison device) : l’opération inverse avec des symboles du mal ou de valeurs détestées. 3. Levier d’autorité (testimonial device) : récupérer le prestige d’un homme ou d’une institution ou exagérer la valeur exemplaire d’un cas pour faire approuver ou rejeter. 4. Levier de conformité (together device) qui fait appel au poids de la masse des partisans ou à l’appartenance à une entité supérieure, Nation, Église pour obtenir l’adhésion. Ce schéma théorique n’est pas d’un raffinement extrême, mais il décrit assez bien une pratique quotidienne.Là aussi on comparera avec une grille des années 1950 exposée par J. M. Domenach. Pour lui, la propagande suppose : 1. la simplification et le choix d’un ennemi unique ; 2. le grossissement et la défiguration des faits (ce qui ne signifie pas le mensonge systématique : moins la propagande risque d’être démentie et le trucage démontré, plus elle est efficace) ; 3. l’orchestration dans la répétition des thèmes principaux ; 4. la « transfusion » qui est l’emploi des mythes préexistants et affects collectifs mobilisés au service de la cause ; 5. Le principe d’unanimité et de contagion : la pression conformiste du groupe sur l’individu.

Hola, hola, ça ne vous rappelle rien ça ? Bon, on en dira pas plus…passons à la suite :

Le gouvernement fît cette plaque pour contrôler le comportement de la population italienne, en expliquant les diverses règles à suivre pour être un bon fasciste :

_  LE FASCISTE _

_ • EST RECONNAISSANT À DIEU DE L'AVOIR FAIT NAÎTRE ITALIEN       • CROIT EN LA RELIGION DES MARTYRS ET DES HÉROS       • ASPIRE À LA PATRIE COMME À UNE RÉCOMPENSE A MÉRITER       • CROIT EN L'UNIVERSALITÉ DE L'IDÉE FASCISTE       • N'AIME PAS LE BONHEUR DU VENTRE ET DÉDAIGNE LA VIE AISÉE       • MÉPRISE LE DANGER ET CHERCHE LA LUTTE       • CONSIDÈRE LE TRAVAIL COMME UN DEVOIR ET LE DEVOIR COMME UNE LOI        • CONSIDÈRE LE SACRIFICE COMME UNE NÉCESSITÉ ET - L'OBÉISSANCE COMME UNE JOIE       • CONÇOIT LA VIE COMME UN EFFORT CONTINUEL D'ÉLÉVATION ET DE CONQUÊTE __       • EST PRÊT A TOUT SACRIFICE, MÊME AU SACRIFICE SUPRÊME SI LE DUCE LE VEUT ET POUR LE TRIOMPHE DE SON IDÉAL  _

Nous retrouvons donc, dans les valeurs fascistes, les valeurs du travail (primordial, c'est un devoir), les valeurs chrétiennes (Dieu), le sacrifice, la patrie, bien entendu, la lutte, l'effort, la récompense, le mérite : bon, Sauron n'a rien inventé, sa campagne a déjà été faite il y a plus de 70 ans. C'est juste un copieur. Et ça, c'est vraiment pas bien…petit joueur va !

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée