Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

C'est moi qui ai appuyé sur le bouton rouge

Grosse opération de censure intolérable sur Reflets. Un papier a été dépublié. Il concernait le groupe Anonymous et une opération visant à démanteler un réseau pédophile. C'est moi qui ai appuyé sur le bouton rouge. Pourquoi ? Parce qu'il me semble que ce genre d'action doit être faite en silence. Anonymous ne se grandit pas en communiquant sur ces sujets.

Grosse opération de censure intolérable sur Reflets. Un papier a été dépublié. Il concernait le groupe Anonymous et une opération visant à démanteler un réseau pédophile.

C'est moi qui ai appuyé sur le bouton rouge.

Pourquoi ? Parce qu'il me semble que ce genre d'action doit être faite en silence. Anonymous ne se grandit pas en communiquant sur ces sujets.

Bien entendu, il me semble utile que des anonymes (sans le A majuscule, vous l'aurez noté) apportent leur savoir faire aux forces de police et à la justice pour traquer les pédophiles. Mais en parler... Non. D'autant que cela peut avoir deux effets très pervers :

1) pointer des gens qui ne sont pas pédophiles et les désigner comme tels avec les répercussions que l'on imagine.

2) réduire à néant des mois de travail des policiers ou des gendarmes.

Dans un autre registre, je vais vous laisser méditer une citation (de mémoire) : "faire la charité, c'est bien, le dire, ce n'est plus la faire".

 

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée