Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Bruits de bottes après le 13 novembre

CC - Photo by Céline from Dublin, Ireland Nous sommes en guerre, nous disent les politiques et quelques intellectuels. C'est un mot très connoté. Difficile à assumer. Généralement, la guerre, c'est la faute de l'autre. De celui qui est méchant. Celui que l'on pointe du doigt, celui qu'il faut détruire. Car une fois enclenchée, il n'y a a priori d'autre sortie d'une guerre que l'éradication de l'ennemi contre lequel on est en guerre.

CC - Photo by Céline from Dublin, Ireland

Nous sommes en guerre, nous disent les politiques et quelques intellectuels. C'est un mot très connoté. Difficile à assumer. Généralement, la guerre, c'est la faute de l'autre. De celui qui est méchant. Celui que l'on pointe du doigt, celui qu'il faut détruire. Car une fois enclenchée, il n'y a a priori d'autre sortie d'une guerre que l'éradication de l'ennemi contre lequel on est en guerre. Et l'éradication totale, cela peut aussi s'appeler génocide.

Peut-on éradiquer l'état islamique, notre ennemi désigné et auto-désigné ? Qu'est-ce que l'état islamique ? Des combattants ? Une administration ? Une sorte de "clergé" ? C'est sans doute plutôt une idée. Mortifère sans doute, mais juste une idée. Et peut-on vraiment tuer une idée ?

Un peu d'histoire contemporaine

La guerre totale contre le terrorisme de la part des nations (principalement) occidentales, ce n'est pas une nouveauté. Cela a commencé en 2001, après les attentats aux Etats-Unis. Le concept même de "guerre contre la terreur" a été énoncé par le grand penseur George W. Bush. Toutes sortes de pays se sont joints à cette guerre. Les uns ont laissé la CIA opérer ses enlèvements extra-judiciaires, les autres ont aidé à installer des prisons fantômes, d'autres encore ont partagé leurs informations, tous ont fermé les yeux sur la torture, sur l'emprisonnement extra-judicaire. Ce...